Nathalie Loiseau et Lord Edward Llewellyn sont les invités de ce grand entretien spécial Brexit.

Le Royaume-Uni devient vendredi le premier pays à quitter l'Union européenne, mettant fin à un mariage houleux de 47 ans. Cette sortie de l'Union européenne ne marque pas pour autant la fin du long et tortueux processus du Brexit. Voici les dates clés des étapes à venir.     

- 31 janvier/1er février: début de la phase de transition

- Février/mars: début des négociations commerciales

- 1er juillet: date butoir pour prolonger la période de transition      

- 31 décembre: fin de la période de transition. C'est en l'état la fin des liens entre l'Union européenne et le Royaume-Uni tels qu'ils auront existé pendant 47 ans. Sans nouvel accord ou extension de la période de transition, commerce et transports, entre autres, risquent des perturbations majeures.

" Le Royaume-Uni va rester européen"

L'ambassadeur du Royaume-Uni à Paris, répond à Ali Baddou en disant que ce 31 janvier en particulier, à quelques heures de la mise en oeuvre du Brexit, "nous sommes des Britanniques, donc vers 4 h on va prendre une tasse de thé et après on sera au travail. C’est la fin de la période, mais c’est le début d'un nouveau chapitre, et nous nous concentrons sur l’avenir".

Lord Edward Llewellyn : "Si j’ai un message aujourd'hui c'est que, en quittant l’UE, en redevenant indépendant, le Royaume-Uni, va rester un pays européen, et engagé dans les affaires de l’Europe et du monde. Nous allons avoir un présent et un avenir partagé".

Pour l'ambassadeur britannique, "le Royaume-uni, est un voisin allié et ami à votre porte. Il n’y a pas une semaine où je n’assiste pas à une cérémonie autour de ce que nous avez fait ensemble."

Anciennement pro-remain aux cotés de David Cameron, l'ambassadeur dit ne pas avoir de regrets. "Nous respectons le résultat du référendum d’il y a 3 ans, avec au cœur le concept de la souveraineté. Le Royaume-Uni va rester européen. Il n’a jamais été à l’aise au sein de l’UE. Nous voulons avoir notre indépendance, mais nous restons aux cotés de la France et de nos partenaires pour défendre ces valeurs que nous partageons".

Selon Lord Edward Llewellyn, les inquiétudes des voisins européens sont exagérées. "Les normes pour nos consommateurs sont très élevés, les congés maternels sont parmi les plus élevées d’Europe. Si vous regardez le programme Johnson, on va légiférer pour que les droits des travailleurs soit très élevés".

"Le Brexit est une erreur"

Nathalie Loiseau, députée européenne, estime que le Brexit est une erreur. "On peut tous faire une bêtise même en étant souverain. Le peuple peut se tromper, surtout quand on lui a menti."

Selon l'eurodéputée française, la période de transition qui s'ouvre se traduira par une perte totale de contrôle pour le Royaume-Uni,  jusqu’à la fin de l’année : "nous allons prendre des décisions qui s’imposeront au RU alors qu’il ne sera plus à la table." 

Elle ne croit pas aux promesses de meilleures conditions sociales ou environnementales énoncées par l'ambassadeur britannique à Paris. 

Nathalie Loiseau, : "C’est aux Britanniques de inquiéter. Ils n’avaient pas en tête en votant le Brexit, qu’on baisserait les normes sociales et environnementales. Quitter le projet européen, c’est pour en diverger, c’est pour faire moins de social et d’environnement".

Concrètement, pour les mois qui viennent, le dossier prioritaire à régler entre France et Royaume-Uni,  est celui de la pêche : "nous nous sommes mis d'accord pour que le premier accord conclu avant l'été 2020 soit celui de la pêche."

Lors du vote à la majorité de l'accord sur le Brexit, à Bruxelles, les députés européens ont chanté Ce n'est qu'un au revoir dans l'hémicycle. C'est un chant traditionnel écossais, très souvent entonné au Royaume-Uni. Les eurodéputés britanniques ne pourront plus siéger à partir de ce vendredi 23h. 

Ce sera moins bien, j'ai beaucoup pleuré hier, en disant au revoir aux députés britanniques, je n'ai pas pu retenir mon émotion. Ce ne sera pas comme avant. 

  • Légende du visuel principal: Nathalie Loiseau © Christophe Archambault / AFP et Edward Llewellyn © Artur Widak/NurPhoto
Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.