Ségolène Royal est l'invitée du Grand Entretien de la matinale avec Nicolas Demorand et Alexandra Bensaid.

Ségolène Royal
Ségolène Royal © Radio France / Anne Audigier

Plusieurs fois ministre, finaliste à l'élection présidentielle de 2007, Ségolène Royal se livre comme jamais dans son dernier livre Ce que je peux enfin vous dire (Fayard) : elle y raconte les réflexions sexistes de ses collègues élus ou ministres, les pressions des lobbys quand elle était ministre de l'écologie et lie violences faites aux femmes et faites à la nature.

Elle plaide pour une écologie positive, non punitive.

Le sexisme en politique

Ségolène Royal : "je prends la parole car le féminin se fait enfin entendre. L’humanité est faite du masculin et du féminin, et quand il féminin est marginalisée l’humanité est amputée.  La prise de parole dans le mouvement #MeToo m’a autorisée à cette prise de parole. Cela a été douloureux de revivre certaines scène et c’est devenu un devoir. Les hommes aussi m’ont demandé de prendre la parole. On  a peu dit que les hommes qui se comportent bien ont été stupéfaits de découvrir cette réalité."

L'ancienne candidate à la Présidentielle évoque l'échange entre Emmanuel Macron et Manuel Valls à l'Assemblée Nationale.  Emmanuel Macron dit dans la presse que la croissance est en berne. Quand ce dernier arrive dans l'hémicycle, Manuel Valls lui lance, devant Ségolène Royal : "Et ta q.......e, elle est en berne ?"

Pour autant elle ne pense pas que les hommes soient victimes de ce genre de brutalités verbales alors que les femmes subissent dans les échanges verbaux dégradation physique, sexualisation et remise en cause de leur intelligence. 

J’ai voulu dire aux femmes qu’il faut qu’elles cessent de se dénigrer car ça justifie ensuite l’inégalité salariale

Ecologie et féminisme

Ségolène Royal fait des parallèles entre discours fascisant et mysoginie, écologie et féminisme. 

L'écologie positive ou punitive

Après avoir soutenu Emmanuel Macron, pourquoi prend-elle aujourd'hui ses distances et émet-elle de sérieux doutes sur l'efficacité de la méthode du Président ?

Ségolène Royal dénonce "l'écologie punitive", et critique Emmanuel Macron, notamment sur la fiscalité et le prix des carburants. Elle ne pense pas que les taxes sur l’essence soient mises pour des raisons écologiques, contrairement à ce que le gouvernement explique. 

On comprend pourquoi Hulot a démission quand on voit les reculs que subit la France

Candidate aux Européennes

Ségolène Royal dira au mois de janvier si elle prend la tête d'une liste qui rassemblerait socialistes et écologistes aux élections européennes.  Elle a reconnu être "sollicitée". "Donc je regarde, je réfléchis", explique-t-elle. 

"Ce n'était pas du tout mon idée ni l'itinéraire que j'avais imaginé d'être candidate et de replonger dans la vie politique avec les épreuves que cela représente... Pour une fois, je vais peut-être choisir en fonction de ce que j'ai envie de faire, moi, personnellement (…) et éventuellement, si je peux être utile pour répondre à une question qui est absolument cruciale aujourd'hui, c'est-à-dire l'avenir de l'Europe qui est très menacée",

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.