Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d'Île-de-France, présidente de Libres ! et candidate à l'élection présidentielle, est l'invitée du Grand entretien de France Inter.

"Aujourd’hui, le ticket pour le deuxième tour' est descendu en dessous de 16% ou 17%" estime Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France et candidate LR à l’élection présidentielle. "Il y a une vraie possibilité pour la droite, sil elle affirme ses solutions, son projet". Le candidat LR sera élu en Congrès et non lors d’une primaire. "Il faut respecter la démocratie, les militants ont fait un choix" rappelle Valérie Pécresse, "le débat de modalité de sélection est clos"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"On n’a plus de temps à perdre pour débattre du fond et des idées. Les Français attendent de nous des solutions." Alors que Xavier Bertrand est le favori des sondages pour représenter la droite à l’élection présidentielle : "On n’est pas d’accord sur tout avec Xavier Bertrand" rétorque Valérie Pécresse. "Il n’aborde pas l’école ni l’éducation dans son projet, la famille, l’écologie. Je pense que le prochain président de la République devra être un écologiste sincère. Je me bats car il y a des défis. Il y a des sujets auxquelles je porte une voix singulière." Valérie Pécresse ne veut pas diviser. "Nous avons un devoir d’unité. Je pense qu’il faut jouer collectif." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Concernant la réforme des retraites, "les pays autour de nous vont tous à 65 ans. On a perdu cinq ans avec le quinquennat d’Emmanuel Macron." Elle le martèle : "Il faut aller à 65 ans. C’est l’âge qui équilibrera les régimes. Il faut par ailleurs continuer la réforme de l’Assurance chômage. Elle est indispensable pour aller plus loin dans l’incitation au travail." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Valérie Pécresse "s’insurge contre l’idée de RSA jeune", défendu par des représentants de la gauche et "des partisans du président de la République" affirme la candidate. Elle plaide plutôt pour "un revenu jeune actif, seulement pour les jeunes qui acceptent de se former aux métiers qui recrutent." 

Valérie Pécresse ne craint pas Éric Zemmour, bien que le probable candidat à la présidentielle dépasse à présent les candidats LR dans les sondages. "Dans une élection, il y a ceux qui agitent les idées, jouent sur les peurs et il y a ceux qui proposent des solutions" clame Valérie Pécresse. "Moi j’assure d'être la droite qui propose des solutions, la droite qui explique comme elle va faire. Par exemple, comment il va faire pour arrêter les flux migratoires ? Moi je souhaite des quotas annuels d’immigration fixés par le Parlement. Ils permettront de dire : ‘une fois qu'on a dépassé ce nombre, on arrête tout’." Elle poursuit : "Dites-moi ce qu’il propose, comment on fait pour stopper l’immigration ? C’est infaisable." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour Valérie Pécresse, "la hausse du prix de l'énergie est très difficilement supportable pour les Français". Alors que les prix de l'énergie s'envole, le Premier ministre a assuré jeudi que le tarif réglementé du gaz serait bloqué jusqu'en avril prochain, et que la hausse de l'électricité serait, elle, limitée à 4%. "Je propose de revoir en profondeur notre politique de prix d'énergie, avec un triple pilier : souveraineté énergétique, écologie et pouvoir d'achat".

  • Légende du visuel principal: Valérie Pécresse © AFP / Ugo Padovani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Les invités
L'équipe