François Asselin, président de la CPME, et Mathieu Plane, économiste, directeur adjoint à l'OFCE, sont les invités du Grand entretien.

Après un an et demi de crise sanitaire, "l'essentiel a été préservé", pour l'économiste Mahtieu Plane. "On a eu un choc inédit en 2020, avec une perte de 8% de PIB, c’était la plus grave récession après-guerre. Au regard de ce choc, on a assez peu de faillites, globalement l’économie a bien résisté. On voit d’ailleurs que dès que les mesures sanitaires se lèvent, l’économie repart vite", explique-t-il, tout en rappelant à quel point cette reprise est soumise à l'agenda sanitaire : "Dès qu'on revient à un scénario avec des risques de fermetures et de restrictions, ça devient compliqué". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

De quoi Emmanuel Macron devrait-il parler dans son allocution de ce lundi soir ? "Il ne faut pas perdre l’objectif du plan de relance. Il y aura une part du message anxiogène, car il ne faut pas que la pandémie impacte l’économie ni la santé des français. Mais malgré cela, il doit continuer à tracer les perspectives de la relance", estime le président de la CPME François Asselin. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Faut-il rendre la vaccination obligatoire sur le lieu de travail ? Pour François Asselin, c'est difficile à mettre en place, car celle-ci repose sur la médecine du travail, "or il n'y a pas assez de médecins pour aller dans toutes les entreprises". Il ajoute que le secret médical et la responsabilité en cas d'effets secondaires mêmes mineurs ajoute de la difficulté.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

 Il assure, en revanche, que selon lui "le pass sanitaire va petit à petit être implémenté dans les lieux publics"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dans ces conditions, faut-il maintenir la réforme des retraites ? Mathieu Plane et François Asselin ne sont pas d'accord. Pour le premier, l'instabilité de la période fait que "le risque de faire cette réforme des retraites, ce serait d’avoir des effets néfastes sur la croissance à court terme, et ne serait pas une bonne chose à long terme pour le financement des retraites. Il vaut mieux le faire quand l’économie est stabilisée"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

François Asselin, qui a participé avec les partenaires sociaux à l'élaboration de la réforme, trouve lui "dommage de laisser en suspens ce travail sur la réforme" : "On a travaillé pendant 18 mois avec l’exécutif sur une réforme qui n’est pas la nôtre, la réforme universelle. Nous pensons qu’entre partenaires sociaux et exécutif, nous pourrions recommencer à travailler sur ce sujet sur le fond. Après, à l’exécutif de choisir ou pas d’accélérer la cadence, ça c’est une réponse qui ne m’appartient pas."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Mathieu Plane et François Asselin dans le studio de France Inter © Radio France /
Les invités
  • Mathieu PlaneEconomiste à l'OFCE. Directeur adjoint du département « analyse et prévision » à l’OFCE
  • François AsselinPrésident de la Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises
Thèmes associés