Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports, Sandrine Martinet, judokate, médaillée d'or en 2016 aux Jeux paralympiques de Rio, porte-drapeau de la France à Tokyo, et Karyn Nishimura, journaliste, correspondante de France Inter au Japon, sont les invitées du Grand entretien.

À Tokyo, l'inquiétude grandit, à une poignée de jours de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques. Trois personnes, dont deux sportifs, ont été testées positives au Village olympique et aussitôt placées à l'isolement, ainsi que plusieurs autres personnes, considérées comme cas contact. Dans le même temps, les journalistes étrangers arrivés au Japon se retrouvent soumis à de nombreuses restrictions pour couvrir l'événement  : "Les journalistes qui arrivent ne vont rien voir de la société japonaise. C'est un vrai contrôle des médias" explique Karyn Nishimura, correspondante de France Inter au Japon. 

De son côté, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, estime que l'événement, déjà annulé en 2020, ne pouvait être repoussé plus longtemps, voire annulé, sans pénaliser durablement les athlètes : "Huit ans sans JO, c'est inconcevable pour un sportif. On a tout fait pour respecter ce que nos hôtes japonais nous ont proposé pour y aller". 

Une carrière d'athlète, c'est éphémère. On a besoin de les maintenir en action pour être encore là dans 3 ans (Roxana Maracineanu, ministre des Sports)

Un avis partagé par la judokate Sandrine Martinet, pour qui "décaler les JO de Tokyo à 2024 aurait été une catastrophe pour beaucoup d'athlètes". La championne estime pour sa part que les sportifs auront à coeur de "s'adapter et de rester concentré sur l'objectif sportif", même si les compétitions ont été réduites de moitié pendant la pandémie. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Concernant la vaccination des athlètes, que le CIO a refusé de rendre obligatoire, la ministre affirme que "le mouvement sportif peut et doit se positionner" pendant cette période, et que "90% des athlètes français qui sont à Tokyo ont été vaccinés". 

  • Légende du visuel principal: La flamme olympique arrive au Japon © AFP / Philip FONG / AFP
Les invités