Le politologue Bertrand Badie est l'un des invités de Nicolas Demorand au lendemain de l'attaque mortelle à New York.

Bertrand Badie, politologue et professeur de Relations Internationales à l’Institut d’Etudes Politiques a réagi ce mercredi à l'attentat qui a frappé New York, 16 ans après le 11-Septembre.

Au micro de Nicolas Demorand, Bertrand Badie a martelé l'inefficacité des mesures d'exception face à une nouvelle forme de violence internationale où les conflits armés de grande ampleur se transforment en attaques nombreuses mais d'ampleurs plus faibles, avec des moyens bien moins importants et donc moins prévisibles.

Pour y remédier, pas de textes répressifs donc, mais une mutation bien plus globale de notre société. C'est du moins ce que prône Bertrand Badie, qui affirme que le monde occidental ne peut plus gouverner le monde seul, tout en maintenant de grandes situations d'inéquité entre les habitants de la planète.

Car ce sont ces inégalités, estime-t-il, qui conduisent les auteurs de violence, à force de marginalisation, à passer à l'acte.

Elles tapent d'autant plus à côté qu'elles ne répondent pas à la problématique actuelle du djihadisme : les organisations terroristes ont appris à communiquer et à s'adresser non pas seulement à leurs adeptes, mais à une frange plus large de la société, frange souvent marginalisée mais qui, à force de défiance et de mécompréhension, trouve dans la propagande djihadiste une réponse à ses propres préoccupations ou réflexions.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.