François Hollande ne sera pas candidat à sa succession, quel scénario pour la primaire à gauche désormais? L'économiste Thomas Piketty est l'invité de Marc Fauvelle.

Paris, France le 11 Avril 2016 - Conférence sur l'égalite organisée par la fondation Jean Jaurès - Thomas Piketty
Paris, France le 11 Avril 2016 - Conférence sur l'égalite organisée par la fondation Jean Jaurès - Thomas Piketty © Maxppp / Vincent Isore/IP3

Pour l'économiste Thomas Piketty, le recul de François Hollande face à la prochaine présidentielle est presque un soulagement :

En cause, selon Piketty, une grave erreur de diagnostic pour redresser l'économie du pays, avec l'erreur majeure de ce quinquennat :

Une politique économique qui a négligé, selon l'économiste, l'urgence : la gestion, sur plusieurs années, de trop gros excédents budgétaires pour les pays de la zone euro. Le risque est d'ailleurs patent, alors qu'un référendum a lieu ce week-end en Italie :

Seul espoir, pour Piketty, l'annulation de ces dettes :

Qui suivre?

"Ce qui compte, c'est ce qui va se passer maintenant" : Thomas Piketty passe en revue les candidats à la primaire de gauche, déclarés ou non. Selon lui, Jean-Luc Mélenchon gagnerait, désormais, à ne pas discuter qu'avec ses partisans, pour se lancer dans la course. Ailleurs à gauche, Manuel Valls et Emmanuel Macron ne lui semblent pas des options plausibles.

Quand à la prochaine élection présidentielle, l'économiste prévient :

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.