Dominique Cardon, sociologue, spécialiste de l'usage des réseaux sociaux, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20.

Au lendemain de la comparution de Facebook au tribunal de Paris suite à un litige l'opposant à un utilisateur ayant vu son compte supprimé suite à la publication de "l'Origine du monde"(tableau de Gustave Courbet), Dominique Cardon, sociologue, spécialiste de l'usage des réseaux sociaux, répond aux questions de Nicolas Demorand sur l'impact des algorithmes dans notre usage des réseaux sociaux et la diffusion des fake news. 

"Plus nous interagissons avec nos amis, plus les infos que nous partageons seront visibles entre nous, mais ces conversations prioritaires ne rapportent pas beaucoup d'argent" explique Dominique Cardon : 

Du coup, explique le sociologue, le modèle économique de Facebook est à l'intérieur de "l'expérience utilisateur" : "Facebook a fait rentrer dans l'algorithme des infos qui font beaucoup de 'like', qui sont un modèle économique profitable (...) L'expérience utilisateur est plutôt la conversation mais le modèle économique de cette plateforme est basé sur des choses qui font rire, qui nous font rester ... et aussi sur des Fake News"

Quand Facebook modifie ses algorithmes dans son coin

Facebook a décidé, depuis le 12 janvier dernier, de modifier ses algorithmes , et "revient à son principe d'origine", explique Dominique Cardon : "montrer prioritairement les choses des gens avec qui j'ai interagi. Même avec les médias de qualité, on a pas d'interactions très fortes : donc leur place vont diminuer dans le fil".    

Les plateformes décident d'elle-même les choix algorithmiques, mais le sociologue estime que "pour ces arbitrages, il faut, dans l'espace public, être vigilant à l'égard des politiques d'algorithmes de ces plateformes" : 

Facebook fabrique des 'bulles', mais Dominique Cardon pointe aussi du doigt la richesse d'information procurée par Internet : "Cette idée qu'on serait plus enfermé qu'avant est fausse, on a accès à plus d'infos qu'autrefois."  

Il faut encourager des navigations plus curieuses, le web est plus riche que les seules plateformes de réseau social   

Sur les données personnelles :  "Fb est détenteur d'une connaissance extrêmement forte sur les individus", explique Cardon qui signale tout de même un nouveau règlement sur les données personnelles, qui devrait, dès ce printemps, obliger les plateformes à être plus respectueuses", avec par exemple "la portabilité des données personnelles" récupérables si on veut quitter la plateforme: 

Sur les lobbys de ces grandes plateformes de réseaux sociaux et la réaction juridique européenne, on a aussi des motifs de se réjouir, estime le sociologue : 

Légende du visuel principal:
Dominique Cardon © Maxppp / Vincent Isore
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.