Emission spéciale de France Inter sur l'emploi, en direct de Lampaul-Guimiliau (Bretagne), qui a vécu le conflit social des abattoirs Gad.

Jean Marc Puchois, maire de Lampaul-Guimiliau (Finistère) . Réunis en assemblée générale depuis 11h le jeudi 31 octobre 2013
Jean Marc Puchois, maire de Lampaul-Guimiliau (Finistère) . Réunis en assemblée générale depuis 11h le jeudi 31 octobre 2013 © Maxppp / DAVID ADEMAS

Les inivtés de Patrick Cohen pour cette matinale spéciale à Lampaul-Guimiliau (Bretagne) : Olivier Le Bras, ex-délégué syndical FO chez Gad, conseiller régional en Bretagne, Joëlle Crenn, ex-salariée de Gad, présidente de l’association "Sauvons Lampaul", aujourd’hui gérante du restaurant ouvrier L’Hermine, Jean-Marc Puchois, maire de Lampaul-Guimiliau, vice-président du comité de suivi des salariés de Gad, Patrick Valentin, initiateur de la loi "Territoires zéro chômage longue durée", et Clément Marinos, économiste à l’Université de Bretagne Sud et enseignant à l'IUT de Vannes.

Tous reviennent sur le conflit majeur qui a marqué l'histoire sociale et économique de la ville, mais a aussi résonné partout en France : la restructuration des abattoirs Gad, et le plan social qui en a découlé. La situation était pourtant atypique, dans cette commune de Bretagne, où le nombre de salariés dépassait le nombre d'habitants, comme l'explique le maire de Lampaul-Guimiliau, Jean-Marc Puchois.

►►►A LIRE AUSSI | La France des plans sociaux : dix ans de crises et d'emplois perdus [carte]

Patrick Cohen et ses invités : émission spéciale en direct de Lampaul-Guimiliau
Patrick Cohen et ses invités : émission spéciale en direct de Lampaul-Guimiliau © Radio France / Nicolas Boucard

►►►Pour comprendre le conflit chez Gad : "Des ouvriers qui tapent d'autres ouvriers"

Olivier Le Bras, ex-salarié de Gad, leader syndical FO pendant le conflit, désormais conseiller régional en Bretagne : "Quand je suis entré chez Gad, on m'a dit 'ici on a un emploi à vie'"...

Patrick Valentin, initiateur de la loi "Territoires zéro chômage longue durée" : "On a rencontré tous les chômeurs de la commune pour leur demander "qu'est ce que vous savez faire'? Avec ça on a créé une entreprise virtuelle (...) On avait les 3 composantes : des gens, du boulot, de l'argent".

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.