Le député LR de l’Oise et président de la commission des Finances à l’Assemblée est l'invité de Marc Fauvelle.

Eric Woerth à l'Assemblée Nationale, 27 juin 2017
Eric Woerth à l'Assemblée Nationale, 27 juin 2017 © AFP / Geoffroy van der Hasselt

Le Congrès, y aller ou pas ?

"Je n’ai pas hésité, le président nous convoque c’est normal d’y aller. Le Président de la République fait son discours de l’état de l’union en quelque sorte, il y a un peu d’américanisme dans tout cela et c’est son choix. Nicolas Sarkozy l’avait fait aussi. Je ne suis pas pour la politique de la chaise vide."

Pour Eric Woerth ce qui pose problème c'est le choix de la date.

Le problème c'est de réunir le Congrès la veille d’un discours de politique générale, et ça c'est constitutionnel, devant l'Assemblée Nationale, du premier ministre qui engage sa responsabilité, c’est un chamboule-tout. Je ne sais s’il l’humilie mais il le met à un rang second.

Je fais partie de l’opposition mais nous voterons les textes que nous estimons bons. On ne mènera pas une opposition destructive.

Les membre du groupe des "constructifs" sont ils dans le même parti qu'Eric Woerth ?

Ça s’est mal passé , on a eu une journée pathétique [le jour de l'élection de Thierry Solère comme questeur] : Ce que nous avons reproché à l’élection de Solère c’est que le groupe LREM a pris part à cette élection. Ce n’est pas à la majorité de jouer entre les oppositions. Solère a été élu par En marche et c’est cela qui ne va pas ; il faut faire preuve d’autorité de temps en temps. Il faut un peu de discipline et d’ordre. Mais il faut aussi un main tendu pour ceux qui voudront revenir vers le groupe d’origine.

9 milliards de dérapage sur le budget de la France, que faire ?

Le gouvernement annonce, après l'audit de la Cour des Comptes sur les finances de l'Etat, le gel des salaires des fonctionnaires, et le retard de la réforme de l'ISF. Eric Woerth fait remarquer que l’audit de la cour des comptes est traditionnel. "Il y a une dramatisation, une mise en scène, et on voit bien que le gouvernement voudrait dire je suis superman je rétablie la situation en peu de temps. Le gouvernement veut faire passer les mesures de pouvoir d’achat avant les mesures de compétitivité, je déconseille cela."

La défaite de la droite était-elle celle de Fillon ?

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.