Laetitia Gayet reçoit Scholastique Mukasonga et Christian Thibon à l'occasion des élections au Rwanda.

Installation d'un bureau de vote au Rwanda
Installation d'un bureau de vote au Rwanda © AFP / MARCO LONGARI

Scholastique Mukasonga, écrivaine et rescapée du génocide rwandais, et Christian Thibon, spécialiste de la région de l'Afrique des Grands lacs sont invités à parler des évolutions du pays alors que s'ouvrent ce vendredi les bureaux de vote pour la présidentielle rwandaise.

Cette élection devrait se jouer sans trop de suspense et la victoire es promise au président sortant Paul Kagame, qui dirige le pays d'une main de fer depuis 1994.

Pour Scholastique Mukasonga, le traumatisme du génocide reste très présent dans l'esprit collectif rwandais qui regarde, en opposition, la façon dont le régime de Kagame a amélioré la situation depuis.

Pour Christian Thibon, ce traumatisme explique en partie l'adhésion suscitée par le régime de Paul Kagame, même s'il demeure totalitaire : en assurant un minimum de sécurité et d'éducation, en redistribuant la richesse dans un pays où la croissance avoisine les deux chiffres, quand ses voisins sont à la peine, Paul Kagame dirige le pays avec intelligence.

Certes, tout n'est pas rose au Rwanda et la situation demeure compliquée en dehors des grandes villes. Mais Scholastique Mukasonga compare la situation actuelle, notamment en matière d'éducation, avec celle passée.

► REVOIR | L'interview intégrale

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.