Emmanuel Macron, candidat d'En Marche ! à la présidentielle, est l'invité de Patrick Cohen au lendemain du débat de l'entre-deux-tours.

Emmanuel Macron au lendemain du débat de l'entre-deux tours de la présidentielle 2017
Emmanuel Macron au lendemain du débat de l'entre-deux tours de la présidentielle 2017 © Radio France / Anne Audigier

Pour Emmanuel Macron, débattre avec le Front National est nécessaire :

Il est indispensable d'aller sur le terrain de bataille même si on se salit un peu

"Quand vous vous faites insulter toute une soirée, vous n'en ressortez pas grandi (...) Les mots ont un pouvoir, parce que des gens n'iront pas vérifier, ils entendent des bardées d'injures, que vous êtes un agent de l'UOIF, de la finance" :

"C'est un défi pour toutes les démocraties ouvertes. Les démocraties occidentales ont des faiblesses idéologiquement face aux extrêmes, car quand vous avez des fausses nouvelles, des mensonges, c'est un affaiblissement moral, éthique, etc. Donc il faut le combattre".

Je ne suis pas celui qui a lancé les hostilités. J'ai essayé de ramener le débat vers des sujets de fond

Démonter le programme de Marine Le Pen

Emmanuel Macron estime que "sur le terrorisme, quand Mme Le Pen propose d'expulser tous les fichiers S, ça n'a aucun sens". Il a également fustigé le projet de Marine Le Pen sur la justice. Autre thème majeur, "Sur l'économie, il était important que nos concitoyens comprennent la politique que Marine Le Pen promeut."

Un programme qui ne fait pas l'unanimité

Emmanuel Macron a notamment évoqué les deux grands partis classiques : "c'est leur propre faillite". Le candidat En Marche! s'est dit également conscient de la non-adhésion à son programme d'une partie des électeurs : "Il n'y a pas de front républicain. Sûrement à cause de la banalisation du FN au fil des années. Mais il faut battre Marine Le Pen".

Et quand Patrick Cohen évoque aussi la polémique sur la réaction du camp Macron à l'issue du 1er tour, avec une soirée festive organisée dans un restaurant parisien, Emmanuel Macron laisse poindre son agacement : "Les donneurs de leçon qui ont dit à quel point j'étais une aberration politique mais qui s'étaient habitués à une campagne formidable de la part de madame Le Pen, ceux-là ont leur responsabilité [dans la montée du Front National, ndlr]".

Pas de compte offshore

Face aux accusations de Marine Le Pen sur le plateau du débat de l'entre-deux-tours, Emmanuel Macron réponds : "Je n'ai pas de compte au Bahamas.

Je n'ai jamais eu de compte dans quelque paradis fiscal que ce soit. C'est typique des fakenews

Appel aux électeurs de Fillon

Emmanuel Macron promets : "A celles et ceux qui ont fait confiance à François Fillon, le projet que je porte est plus puissant sur le plan de la sécurité et sur le plan économique que celui de Marine Le Pen car il est de nature à faire changer les choses".

Appel aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon

"Pour ceux qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon, mon projet n'est pas fait que pour ceux qui ont réussi. Le projet que je porte est aussi un projet de mobilité économique et sociale, par exemple pour l'école, pour les habitants des quartiers. On ne peut pas réussir uniquement avec la France qui va bien. J'ai marqué des ouvertures le 1er mai".

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.