Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France, nous éclaire sur l'avenir de son parti. La recomposition de la droite est ouverte.

Valérie Pécresse
Valérie Pécresse © AFP / Julien Mattia / NurPhoto

La présidente de la région île-de-France s'est opposée très fortement à la ligne Wauquiez qui brigue la présidence du parti Les Républicains. Au micro de Nicolas Demorand, Valérie Pécresse a mis en avant une autre ligne, qui ne cède pas aux dérives droitières mais qui se montre plus réformiste et plus sévère que celle d'Emmanuel Macron en matière de lutte contre le terrorisme.

Mais puisqu'elle s'oppose à Laurent Wauquiez, pourquoi Valérie Pécresse, qui est l'une des ténors de la droite, n'est-elle pas candidate ? A Léa Salamé, Valérie Pécresse répond qu'elle est présidente de la région, qu'elle s'y est engagée et qu'elle ne compte pas cumuler ses mandats. Mais en créant son mouvement, elle espère peser quand même sur la ligne à venir de Les Républicains.

Sur un plan plus pratique, Valérie Pécresse salue la direction prise par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, qu'elle dit estimer fortement. "Après deux ans de verrouillage" par Najat Vallaud-Belkacem, la présidente de la région Île-de-France se "réjouit" de travailler "main dans la main avec l'Éducation nationale".

A mi-chemin entre des questions de santé et de sécurité, Valérie Pécresse a également affirmé l'intérêt de maintenir l'interdiction du tabac dans les établissements scolaires, même si elle soulève le problème de sécurité que posent les attroupement devant les lycées.

► REVOIR | L'interview intégrale

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.