Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat chargé du numérique, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à partir de 8h40.

Le secrétaire d'État au numérique Mounir Mahjoubi a évoqué ce mardi au micro de Nicolas Demorand les répercussions du piratage d'Uber, il y a un an, et déploré l'absence de réponse concrète de la part du géant américain quant à l'ampleur de ce piratage pour les utilisateurs français. "On a eu une réponse polie", regrette-t-il, mais pas de réelle réponse.

Pour y remédier, Mounir Mahjoubi a indiqué qu'un dispositif obligera les entreprises à avertir en cas de piratage à compter de mai 2018 très rapidement et non pas, comme cela avait été le cas ici, plus d'un an après.

En attendant, si le gouvernement a les mains liées, ce n'est pas forcément le cas des utilisateurs, explique le secrétaire d'État. Les utilisateurs qui ont subi un préjudice avéré peuvent eux-même entamer des démarches pour demander des explications.

Invité aussi à réagir sur la façon dont les réseaux sociaux cristallisent les menaces et les propos violents, Mounir Mahjoubi a indiqué travailler sur plusieurs pistes pour obliger les plateformes telles que Facebook et Twitter, notamment, à intervenir de façon beaucoup plus réactive quand c'est nécessaire.

L'autre action sur laquelle planche le secrétaire d'État, c'est l'éducation au numérique, chez les plus jeunes jusqu'au bac. "Pas favorable" à un baccalauréat numérique, Mounir Mahjoubi voudrait plutôt "voir du numérique partout". 

Chez les futurs étudiants, cela signifie leur fournir le bagage numérique nécessaire pour favoriser leur avenir professionnel. Et chez les plus jeunes, c'est un moyen de lutte contre les "fake news".

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.