Amélie de Montchalin, députée LREM, est l'invitée de Nicolas Demorand pour évoquer la réforme annoncée de la fonction publique.

"Aujourd'hui les fonctionnaires se sentent considérés comme des coûts », estime Amélie de Montchalin, qui veut poser, dans ce débat, les bonnes questions : "comment on redonne au dialogue social dans la fonction publique une vraie nature ?".

Depuis des années, on a piloté par le haut et par le chiffre la fonction publique : ça a créé une distance, une désillusion

"4% des agents seulement se sentent concernés par la réforme de la fonction publique" affirme la députée, qui rappelle que son camp veut "construire la négociation avec les syndicats".

"Sortir de la grille d'avancement automatique"

Sur la rémunération au mérite, Amélie de Montchalin estime que "le point d'indice a mis en danger la différenciation" entre les différentes fonctions publiques, et que "le pilotage par le point d'indice a ses limites".

Il y aurait une vraie réflexion sur le fait qu'on garde les énarques dans la fonction publique

"Le forum de l'action publique n'est pas une concertation de façade", poursuit-elle en évoquant le site de forum sur l'action publique mis à disposition pour recueillir les témoignages d'agents. 

Sortir de l'égalitarisme est une bonne chose, on a besoin de plus d'outil, d'une vraie politique de ressources humaines 

A propos de la défaite encaissée par son camp dans les dernières législatives organisées  dans la première circonscription du Val d'Oise, qui ont provoqué l'élimination de la députée Isabelle Muller-Quoy : "Transformer le pays c'est difficile, c'est pas magique (...) C'est forcément une année difficile, les résultats ne sont pas immédiats."

A propos des accusations d'agressions sexuelles qui pèse sur Gérard Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics

Légende du visuel principal:
Amélie de Montchalin © AFP / Eric Piermont
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.