Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, est l'invitée de Marc Fauvelle.

Elle a quitté le Conseil Constitutionnel pour devenir Garde des Sceaux.

La loi de moralisation de la vie publique

Nicole Belloubet : "Nous ne sommes pas dans un esprit de moralisation mais dans un souci d’éthique et de rétablissement de la confiance".

Nicole Belloubet : "Les incompatibilités entre activité et parlementaire sont renforcées par la loi ; on est dans un état de droit; le conseil constitutionnel a précisé en 2013 qu’on ne peut pas faire interdiction générale absolue. Donc la loi renforce mais n’interdit pas de manière absolue".

La fin de l'état d'urgence

Les futures dispositions ont provoqué une levée de boucliers chez le Défenseur des droits et les magistrats.

Les perquisitions administratives

Ce qui est nouveau dans le futur dispositif, elles ne peuvent intervenir que dans le cadre de la prévention contre les actes de terrorisme et si le juge de liberté de détention intervient.

590 perquisitions administratives pour 65 qui ont donné lieu à des poursuites. Concernant les assignations à résidence, n'y-a-t-il pas risque de détournement de la loi sur des militants écologistes ou syndicaux, comme ce fut déjà le cas.

Nicole Belloubet : "Je souhaite que les magistrats exercent leur w en toute lucidité . Je leur fais confiance"

Plus de moyens pour la justice

Un moyen de lutter contre la surpopulation des prisons c'est aussi la forfaitisation d’un certain nombre de contraventions, que ce soit pour les délits routiers, ou l'usage des stupéfiants .

L’an prochain il y aura une loi de programmation pour la justice, pour avoir des moyens plus adaptés, au problèmes des prisons, des tribunaux, et de recrutement des magistrats.

Nicole Belloubet : "Le système juridictionnel français est envié dans bien des pays. Il nous faut des moyens pour une organisation globalement pensée".

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.