Marc Fauvelle reçoit deux reporters deux terrains : Samuel Forey qui vient de recevoir le prix Albert Londres et Pascal Manoukian.

Samuel Forey, 36 ans, vient de recevoir le 79ème Prix Albert Londres de la presse écrite, la récompense la plus prestigieuse du journalisme francophone, pour ses reportages publiés dans Le Figaro depuis l'automne 2016 sur la bataille de Mossoul. Samuel Forey a suivi les combats, auprès des soldats, mais aussi des civils. Il raconte au micro de Marc Fauvelle.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Samuel Forey a été légèrement blessé à Mossoul il y a deux semaines dans l'explosion d'une mine qui a tué ses confrères Véronique Robert et Stephan Villeneuve, qui enquêtaient pour l'émission "Envoyé Spécial". Leur fixeur, le journaliste irakien Bakhtiyar Haddad, a également été tué. Samuel Forey a décidé de raconter cette terrible journée dans les colonnes du Figaro, et ce vendredi matin sur France Inter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

De nombreux journalistes et photoreporter prennent des risques pour raconter ce qui se déroule sur les théâtres de guerre, témoigner, en Irak ou en Syrie. Des risques d'autant plus grands car le métier s'est précarisé selon Pascal Manoukian, de l'agence Capa. Il y a de moins en moins de moyens pour les reportages. Les journalistes limitent parfois les coûts, au dépend de leur sécurité.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Samuel Forey, grand reporter au Figaro © capture d'écran
L'équipe
  • Marc FauvelleJournaliste, présentateur des journaux de 6H30 et 8H, en semaine
Thèmes associés