Jérémy Decerle est l'invité de Pierre Weill pour évoquer l'avenir des jeunes agriculteurs français suite à sa rencontre avec Emmanuel Macron.

Le président des jeunes agriculteurs Jérémy Decerle au micro de Pierre Weill
Le président des jeunes agriculteurs Jérémy Decerle au micro de Pierre Weill © Radio France

Jérémy Decerle, président des Jeunes Agriculteurs, a rencontré Emmanuel Macron ce lundi. Au micro de Pierre Weill, il est revenu sur cette rencontre et sur les attentes des jeunes agriculteurs. Des jeunes agriculteurs préoccupés par la disparition d'un quart d'entre eux en dix ans, sans que cela ne permette d'améliorer la situation financière des exploitants restants.

Le problème, rappelle Jérémy Decerle, c'est cette mauvaise répartition de la valeur ajoutée, et donc des marges, entre la production, la transformation et la distribution. Ainsi, la variation à la hausse des prix sur les étals ne s'accompagne que rarement d'une valorisation à la hausse du prix d'achat au producteur.

Alors que les états généraux de l'alimentation ont débuté il y a deux semaines, Emmanuel Macron annoncera en octobre des mesures pour aider les exploitants. Mais Jérémy Decerle espère que les fonds débloqués seront bien employés, à la fois dans la recherche et l'innovation, mais aussi pour permettre l'installation des jeunes et la transmission du savoir agricole, afin de renouveler les générations.

Ne plus opposer les modèles

Le président des jeunes agriculteurs regrette aujourd'hui une opposition entre modèles d'exploitation. Il estime qu'il y a de la place pour tout le monde et qu'une cohabitation entre agriculture biologique et agriculture traditionnelle est nécessaire, tout comme la cohabitation entre circuits courts et distribution plus large.

D'ailleurs, comment favoriser les circuits-courts et circuits alternatifs quand, s'interroge-t-il, "70% de la viande consommée dans la restauration collective" est de la viande importée ?

► REVOIR | L'interview intégrale

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.