Benjamin Griveaux, porte-parole du mouvement En Marche!, est l'invité de France Inter dans une matinale spéciale alors qu'Emmanuel Macron est le nouveau président de la République.

Benjamin Griveaux, porte-parole de En Marche!, le mouvement lancé par Emmanuel Macron
Benjamin Griveaux, porte-parole de En Marche!, le mouvement lancé par Emmanuel Macron © AFP / Joel Saget

Interrogé sur la mise en scène voulue par Emmanuel Macron, une marche de trois minutes sur l'air de "L'Hymne à la Joie" de Beethoven (hymne de l'Union Européenne), avant de monter sur la scène installée au Louvre après l'annonce de sa victoire à la présidentielle, Benjamin Griveaux explique : "L'Hymne à la Joie, nous y tenions : [Emmanuel Macron] a mis l'Europe au coeur du projet défendu depuis un an, avec courage, dans la période il aurait été facile de dire tout le mal qu'on pensait de l'Europe, c'est ce qu'ont fait tous nos gouvernements depuis 20 ans".

On a l'Europe chevillée au corps, on est né et on a grandi avec, et on aimerait en être les réformateurs

Sur le choix du Louvre comme lieu d'illustration de la victoire d'Emmanuel Macron, et son écho "mitterrandien": "Il ne faut pas voir des symboles partout, c'est avant tout un lieu d'audace et de culture".

"On l'a vu sur les chiffres de l'abstention et des votes nuls, poursuit le porte-parole du mouvement d'Emmanuel Macron, il n'y pas eu de Front Républicain comme ce fut le cas en 2002, mais nous avons aussi entendu la colère de ce pays dans l'entre-deux-tours, avec des moments de tension, comme à Amiens avec Whirlpool" :

"C'est aussi une réconciliation à organiser, concède Benjamin Griveaux, "Le rôle d' En Marche!, c'est de recomposer la vie politique française, réconcilier les Français".

Les Français se sont beaucoup divisés et la classe politique a beaucoup joué de ces divisions de manière très irresponsable

L'enjeu des législatives

Benjamin Griveaux explique : "Nous aurons 577 candidats sous la bannière 'La République En Marche'". Pas d'obligation de quitter leur parti mais, en revanche, ces candidats, d'où qu'ils viennent, devront être adhérents du mouvement En Marche!. Comme beaucoup de partis refusent la double étiquette, le choix devra être évident, mais à eux de le faire, explique le le porte-parole du mouvement d'Emmanuel Macron :

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.