Pascal Canfin, directeur de WWF France, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à partir de 8h40.

Le ministre de la Transition écologique a annoncé, hier,  le report de la réduction du nucléaire en France. C'est un nouveau changement de cap gouvernemental.  La réforme menée par François Hollande était-elle irréaliste? 

Pascal Canfin : "Je dois faire part de mon incompréhension ; c’est une mauvaise décision. L’enjeu c’est de crédibiliser la sortie du nucléaire. La date de 2025 est inadaptée. Elle relève d’une annonce en 2011. Et à ce jour aucune centrale n’a été fermée. J’attends très rapidement un engagement sur une date au plus tard en 2030"

Pascal Canfin considère que Nicolas Hulot a gagné sur le glysophate, mais au sein du gouvernement il y a des ministres, pro-nucléaires, qui disent gagnons du temps car un jour Hulot ne sera plus là. 

Pascal Canfin : "Nicolas Hulot est indispensable. Il défend l’intérêt général, la cause de nos enfants. C’est le ministre le plus populaire.  Peut-on imaginer que la cause qu’il défend sera mieux défendue s’il n’était pas au gouvernement, évidemment non ; parfois il perd, comme sur la taxe des transactions, et comme hier il a perdu une manche". 

Pascal Canfin fait remarquer que RTE, la filiale d' Edf dit qu'il est possible de réduire le parc nucléaire à l'horizon 2030. 

La voix de la France  pour la COP 23 à Bonn après cette reculade ? 

Pascal Canfin : "C’est un tabou en France, on a des lieux vulnérables, ce n’est pas un sujet climatique, c’est pour ça que j’ai été surpris d’entendre Nicolas Hulot opposer le charbon et le nucléaire."

Légende du visuel principal:
Pascal Canfin © capture d'écran
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.