Christophe Castaner est l'invité de Pierre Weill, le jour du dernier conseil des ministres avant la pause estivale.

Le porte-parole du gouvernement a rappelé ce mercredi les directions prise par l'Élysée et Matignon. Au micro de Pierre Weill, Christophe Castaner a redit la nécessité de réduire les dépenses publiques pour ne pas faire peser les 4,5 milliards d'euros d'économie sur l'impôt des ménages.

Des coupes budgétaires qui ont suscité nombre de protestations pendant le mois de juillet, entre la baisse de la CSG, la diminution du montant des aides au logement ou encore un gel des crédits alloués aux dotations pour les collectivités territoriales. Mais pour Christophe Castaner, ces protestations étaient prévisibles et le gouvernement ne semble pas s'en affecter, certain d'aller dans la direction que souhaitent les Français.

Pourtant, ces premières mesures sont suivies d'une baisse de popularité de l'exécutif. Pour le porte-parole du gouvernement, c'était là-aussi prévisible. Christophe Castaner rappelle qu'Emmanuel Macron, au premier tour de l'élection présidentielle, n'est arrivé en tête qu'avec 24% des voix. Ce qui n'est pas une raison pour le Président de s'abstenir de prendre des risques.

Fidèle à la ligne directrice fixée par Emmanuel Macron en matière de communication, Christophe Castaner a refusé de prendre une position trop ferme face aux mouvements sociaux qui s'annoncent à la rentrée pour protester contre la réforme du travail. Mais le secrétaire d'État a également tenu à rappeler que ces réformes sont menées pour répondre à la demande de la majorité des entreprises, souvent des PME, qui ont "besoin" de cette libération du travail pour pouvoir créer de l'emploi.

Interrogé dans Interactiv sur la loi de confiance dans la vie publique et l'emploi des membres de sa famille comme collaborateur, Christophe Castaner a répondu sur la possibilité de connivence entre députés, qui emploieraient respectivement la famille de l'un de leurs collègues pour contourner la loi. Une possibilité prise en compte dans le texte, assure le porte-parole, qui fera l'objet de déclaration et de contrôles.

► REVOIR | L'interview en intégralité

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.