La Cour des comptes a publié hier son rapport public annuel, à dix semaines du premier tour de l’élection présidentielle. Son premier président est l'invité de Marc Fauvelle

Didier Migaud, président de la Cour des comptes, lors de la présentation de son rapport le 8 février 2017
Didier Migaud, président de la Cour des comptes, lors de la présentation de son rapport le 8 février 2017 © AFP / François Guillot

Invité ce matin de Marc Fauvelle, le président de la Cour des comptes Didier Migaud est revenu sur le rôle de la Cour, dont le rapport public annuel diffusé mercredi montre des inquiétudes sur la gestion des dépenses publiques.

► LIRE AUSSI | La Cour des comptes distribue ses mauvais points

Pour le président de la Cour des comptes, les finances françaises ont progressé, mais ces progrès "restent fragiles". L'inquiétude provient notamment de différents facteurs économiques, comme la remontée progressive des taux d'intérêt mais aussi des hypothèses macroéconomiques "un peu optimistes" :

Après ce rapport assez acide, Didier Migaud a pris la défense de la Cour des comptes, dont le rôle n'est pas de définir les objectifs mais d'alerter, "d'éclairer les décideurs".

Le président de la Cour des comptes, qui dénonce notamment de "fausses économies" réalisées sur des suppressions de poste dans la gendarmerie. Didier Migaud explique que ces réductions d'effectifs ne se suivent pas forcément d'une réduction du budget, puisqu'elles s'accompagnent par exemple d'une hausse des heures supplémentaires.

Interpellé, sur l'ecotaxe par un auditeur, Didier Migaud a redit que l'abandon de l'écotaxe représente un coût important :

► REVOIR | L'interview de Didier Migaud au micro de Marc Fauvelle en intégralité

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.