Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France et directeur du Conseil scientifique de l'Éducation nationale, est l'invité de Marc Fauvelle à 8h20.

Stanislas Dehaene
Stanislas Dehaene © Radio France

Au lendemain de l'installation du Conseil scientifique de l'Éducation nationale, Marc Fauvelle reçoit son directeur, Stanislas Dehaene, pour comprendre le rôle de ce nouveau conseil, s'interroger sur la place des neurosciences dans les politiques éducatives et sur les inégalités à l'école. 

Le scientifique se réjouit du fait que le ministre ait décidé de donner une place importante aux sciences, c'est pour lui une manière de dire "les sciences nous importent pour améliorer notre système éducatif".

Il explique que ce ne sont pas les neurosciences qui sont au cœur du débat mais les sciences cognitives et le fonctionnement de l'apprentissage : "Qu'est-ce qui permet à un enfant d'apprendre ? Il faut comprendre par quelles étapes de traitement passe la lecture."

On peut aider un enfant, "avec des outils d'évaluation et des outils d'intervention" à la fois informatisé ou des outils pédagogiques standards".

Le travail va se faire selon Stanislas Dehaene, main dans la main avec l'Éducation nationale. 

Au sujet de la lecture, la science est assez claire, selon le scientifique : "La méthode phonique fonctionne mieux. L'enfant doit décrypter la chaîne de lettre."

Il ne s'agit pas de réécrire les manuels, mais de créer un cahier des charges pour les manuels grâce aux recherches sur la dose des apprentissages et la compréhension des textes.

Il se veut rassurant après les réactions inquiètes de chercheurs et syndicats : "Les neurosciences ne sont pas au cœur de ce conseil scientifique. Il y a beaucoup de préjugés sur l'apprentissage... Il faut améliorer la confiance en soi."

Nous 'allons pas faire des IRM à tous les écoliers mais évaluer les compétences en deux étapes au cours du Cp pour donner des solutions en cours d'année à l'enfant.

Les grandes enquêtes internationales comme Pisa courent sur 5 ou 10 ans. "Nous voulons raccourcir cette boucle." 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.