L'essayiste publie chez Grasset Le génie de la laïcité, dans lequel elle explore comment la laïcité est perçue et appliquée -ou pas - notamment chez nos voisins anglo-saxons.

Université d'été du Parti Socialiste en 2014 à laquelle Caroline Fourest était présente
Université d'été du Parti Socialiste en 2014 à laquelle Caroline Fourest était présente © Maxppp / Christophe Morin

Caroline Fourest défend son plaidoyer pour la laïcité dans lequel elle explique : "la laïcité n'a tué personne, et nous protège tous, les croyants comme les déistes ou les athées".

"Dans ce livre j'essaie d'être fidèle à la ligne de Ferdinand Buisson qui dit 'Ni capitulation, ni persécution'. Ni capitulation, ça veut dire que je reste choquée, chez les jeunes générations, par le port du voile par rebéllion. Mais je veux garantir, en tant que laïque, la liberté individuelle, la liberté de conscience".

Genèse historique du combat pour la laïcité

Pour expliquer son propos, Caroline Fourest a choisi de revenir sur la genèse historique du combat mené pour la laïcité :"J'ai écris ce livre pour transmettre cette mémoire qui amène à la loi 2004, non pas comme une loi d'exception, mais comme une loi d'égalité. Si l'on apprenait aux jeunes -qui sont aujourd'hui beaucoup manipulés, à qui on explique qu'ils sont ciblés en tant que musulmans, que cette loi était voulue pour humilier l'Islam-, si on leur expliquait que cette loi est l'enfant de Condorcet, d'Aristide Briand et de Ferdinand Buisson, des pères fondateurs d'une école laïque qui voulait lutter contre les superstitions, contre les préjugés, tous libres-penseurs et précurseurs de l'anti-racisme [...] si on ne leur apprend pas cette histoire, si on leur explique pas dans nos classes, dans nos rues, alors c'est facile pour certains d'expliquer qu'on fait des lois d'exceptions".

Le nouveau cléricalisme, c'est l'intégrisme

Et de renchérir : il ne faut pas subventionner les concurrents de l'école laïque, ces écoles privées "très largement confessionnelles"

Caroline Fourest qui précise qu'elle a aussi, dans son parcours scolaire, fréquenté enseignement catholique privé et école publique, et qu'elle ne vise pas, dans ces propos, l'ensemble de ces écoles. L'essayiste admet aussi une "laïcité à géomètrie variable" : "On aimerait faire dire tout et n'importe quoi à la laïcité[...] il y a distinction entre les sphères de libertés et les sphères civiques, rappeler que la plage, par exemple, n'est pas l'école laïque"

Pour Caroline Fourest, le danger de l'intégrisme prévaut sur celui du racisme, "la France n'est pas islamophobe" : "Ceux qui pensent faire baisser le racisme en minimisant le fanatisme ne font que renforcer le racisme".

Question du voile à l'école

A la question d'une auditrice, directrice d'école, qui explique le cas de figure d'une maman accompagnant les sorties scolaires intégralement voilée, Caroline Fourest explique : "Je comprends qu'on puisse souhaiter que ses enfants, même dans les sorties pédagogiques, soient encadrés par des gens qui correspondent plutôt à sa philosophie, mais je pense qu'on ne peut pas aller jusque là, pour une raison de générosité qui vise à faire comprendre la laïcité. C'est un pont entre l'école et l'extérieur, ces mères sont des adultes, et ont fait leur choix. Leur dire qu'elles ne peuvent pas accompagner les enfants en sortie scolaire parce qu'elles portent le voile est un message qui ne passe absolument pas. On a déjà tellement de mal à faire expliquer la loi de mars 2004 aux élèves, ils ne comprendraient pas. Là, nous laïques, nous devons faire un geste. Si vous pouviez en faire un en face pour arrêter de raconter que la laïcité vous opprime et est islamophobe, on avancerait peut-être tous dans la bonne direction".

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.