Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, est l'invité de Nicolas Demorand.

Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, revient sur l'impact de l'ouragan Irma sur les territoires d'Outre-Mer, mais aussi sur la polémique lancée par les derniers discours d'Emmanuel Macron prononcés en Grèce.

Sur l'indemnisation des sinistrés d'Irma

Pour le suivi financier des populations frappées par l'ouragan Irma, Benjamin Griveaux assure : "Trois mois après le drame, l'ensemble des personnes assurées devra être indemnisée". Pour ceux qui ne sont pas assurés, Benjamin Griveaux renvoie vers une association de bénévoles, les Artisans du coeur. Un recours aux bénévoles jugés choquant par des auditeurs de France Inter.

Réponse de Benjamin Griveaux : "Ce qui est choquant, c'est que dans ce pays, quand on fait preuve de solidarité et de générosité, ça choque vos auditeurs. Moi, je suis désolé, je suis content que dans ce pays, on puisse encore être solidaire (...) et je laisse ceux qui sont confrontés à leur passion triste (...)

S'ils ne sont pas capables de tendre la main à leur voisin, sur le territoire national quand il y a une catastrophe de cette ampleur, j'en suis triste pour eux et je les laisse à leurs névroses. J'imagine qu'ils seront dans la rue avec Jean-Luc Mélenchon le 23 [septembre, jour d'appel à un mouvement national par la France Insoumise]".

Face aux voix qui s'élèvent pour dénoncer le manque de préparation de l'état face à cette catastrophe naturelle qui vient de frapper les territoires de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, le secretaire d'état se justifie :

"J'entends ceux qui appellent une enquête parlementaire. Dans les moments que nous vivons, un peu de dignité aurait été utile, Jean-Luc Mélenchon ne nous y a pas habitué, il est donc fidèle à lui-même".

A ce stade, la réponse apportée par l'État a été la bonne

Sur les licenciements annoncés par Nokia

Benjamin Griveaux annonce qu'il va recevoir les acteurs, partenaires sociaux et élus des territoires concernés ( Lannion et Boulogne, Paris Saclay) du dossier Nokia jeudi.

On ne peut pas supprimer, six ans plus tard, 600 emplois et ne pas avoir procédé aux embauches nécessaires

"On a réussi l'exploit d'avoir à la fois un code du travail qui ne protégeait pas bien les salariés et qui empêchait les entreprises de se développer. C'est quand même anormal qu'en France on aie trois fois moins d'entreprises qu'en Allemagne, deux fois moins qu'en Grande-Bretagne ou en Italie".

La polémique du "défilé des fainéants"

Après le discours d'Emmanuel Macron prononcé à Athènes, le mot "fainéant", prononcé par le président de la République, est dénoncé par de nombreuses figures de l'opposition. "je laisse à jean-Luc Mélechon ses bons mots. Il se nourrit du mal et du malheur des gens, ça fait 31 ans qu'il est élu et il n'a jamais varié sur ce terrain-là".

►ÉCOUTER | Qui sont les fainéants d'Emmanuel Macron ?

Vous savez que 'fainéant' ne s'adressait pas aux Français, mais aux gens comme Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon (...) à ceux qui ont fait que ce pays depuis trente ans n'a pas bougé

Benjamin Griveaux n'hésite pas non plus, contre ces mots qui ont choqué, à citer Clémenceau : "[qui] disait 'On ne fait rien sans dire le vrai'. Il va falloir vous habituer à ce que le président de la République dise le vrai (...) Cette phrase s'adressait aux partis politiques qui ont fait que, depuis trente ans, dans ce pays, la transformation politique n'ait pas lieu."

Sur la réforme du régime spécial de retraite des cheminots

Le principe retenu, selon Benjamin Griveaux : "Quand on cotise un euro (...) ça donne droit à la même retraite pendant 15,20,25 ou 30 ans. C'est la discussion qui s'engager au printemps", et qui s'étalera "probablement sur 5 à dix ans. C'est garder un système par répartition et donc une solidarité par génération (...) Ça ne changera rien pour les personnes qui sont à cinq ans de la retraite."

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.