Yannick Jadot, candidat Europe Ecologie les Vert, a présenté les grandes lignes de son projet et lance sa campagne présidentielle. Il est l'invité de Patrick Cohen.

Yannick Jadot lors de ses voeux à la presse à Paris - 11 janvier 2017
Yannick Jadot lors de ses voeux à la presse à Paris - 11 janvier 2017 © AFP / Alain Jocard

Le candidat Europe Ecologie les Vert a présenté les grandes lignes de son projet et lance sa campagne présidentielle. Quand on évoque la thématique écologique qui apparaît dans le programme de plusieurs candidats à la primaire de la Gauche, Yannick Jadot ne le déplore pas, au contraire : "C'est une très bonne nouvelle à chaque fois qu"un candidat politique reprend nos idées. Mon sujet ce n'est pas que Yannick Jadot prenne le pouvoir, c'est que la France devienne écologiste. Discutons de nos propositions pour résoudre la crise écologique."

Yannick Jadot veut instaurer une "République écologique" : "L'objectif, explique-t-il, c'est que dans chaque proposition de loi on intègre le temps long, la santé, notre environnement ".

Pour cela, le député européen voudrait que la politique européenne prenne davantage compte de la politique des régions :

Le programme du candidat Jadot, qui intègre une large dynamique sociale, prévoit "600 milliards d'euros par an pour la transition énergétique" estime aussi qu' "aujourd'hui la seule en capacité de participer à la reconstruction de l'Europe, c'est Angela Merkel".

Et Yannick Jadot prône également une Europe intégrée dans l'éducation, notamment avec la formation des jeunes par un voyage, à l'étranger pendant un année scolaire :

L'objectif du candidat écologiste : faire passer la transition énergétique dans une solide politique sociale et économique. A propos du diesel : "On ne maintiendra pas sur le territoire des constructeurs automobiles et des emplois si on persiste dans le segment le plus sale de l'industrie automobile".

Mon programme favorise les entreprises qui acceptent les limites de la planète

Yannick Jadot développe : "Je veux, à l'échelle de nos régions, des contrats entre les entreprises, les collectivités, les salariés et les acteurs de la société civile, pour être en respect de la planète. Qu'on créé des emplois", en responsabilisant les entreprises.

Le candidat écologiste revient également sur l'importance de la contribution des entreprises aux transports collectifs : "François Fillon veut supprimer le versement transport, la contribution de l'entreprise aux transports collectifs des collectivités - c'est 60 à 70% du financement. Quand vous avez 130 morts par jour liés à la pollution, c'est criminel".

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.