Sylvain Tesson, écrivain et aventurier publie "Une très légère oscillation", journal des trois dernières années marquées par ses voyages, et par une longue convalescence.

Sylvain Tesson en janvier 2017
Sylvain Tesson en janvier 2017 © AFP / JOEL SAGET

Sylvain Tesson relate trois dernières années de sa vie dans son dernier ouvrage ,"Une très légère oscillation" (Editions des Equateurs), parsemés de ses expériences de voyage en France ou ailleurs, mais aussi de la longue convalescence après un accident survenu à Chamonix, la chute d'un toit après une nuit arrosée. Épisode relaté, dans son ouvrage, par un chapitre titré "Un beauf sur le toit" : "Je suis affligé par cette pathologie consistant à être prêt à me jeter par la fenêtre pour un bon mot. Là j'en ai fait un, mais ça m'a coûté cher".

Je me suis un peu calmé, mais je continue à faire mes voyages et à traquer partout ou je le peux des raisons de m'émerveiller du monde, ou de pleurer sur les cartes du monde que d'autres ont distribué

Regarder avec appétit ce qui se passe autour du monde

Je me suis aperçu avec mes premiers voyages et en étudiant ma géographie, puisque c'est ma formation initiale, qu'il fallait, pour comprendre les hommes, d'abord recourir à la carte. Le fait de parcourir le monde procéder d'un phénomène équivalent à la lecture, le fait de sortir de vous-même, de vous dépasser, laisser de côté vos petits tourments intérieurs qui ne sont pas très intéressants".

Je ne me couche pas sur un divan, je ne vais pas non plus me coucher sur le papier

La religion du réel

L'accident vécu par Sylvain tesson n'a fait que renforcer sa "défiance à l'égard des dieux", puisque, le conduisant tout près de la mot, de l'autre rive, il "n'y a trouvé personne".

Je m'intéresse davantage aux nuages, à la climatologie, qu'au ciel en tant que sièges des inventions et fables spirituelles (...) Quand on se contente du monde, on a du pain sur la planche

Le cauchemar préféré : l'avenir

L'oscillation évoquée par Sylvain Tesson dans son ouvrage évoque celle qui s'opère en lui, régulièrement, de l'ombre à la lumière. Dans la part de l'ombre, son idée de l'avenir : "On peut corriger son pessimisme par un appétit de l'immédiat : c'est du pessimiste joyeux, trouver de l'oscillation grâce à l'écriture".

A chaque fois que je voyais quelque chose qui participe à l'enlaidissement de la vie, je prenais la tangente

Et Sylvain Tesson de citer une autre adepte du dépassement de soi, la grimpeuse Stéphanie Bodet :

J'adore le vivre-ensemble quand c'est avec mes livres dans ma bibliothèque, sinon je préfère rester seul

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.