Le secrétaire général de la CFDT, désormais premier syndicat de France dans le privé, s'inquiète de la montée du vote FN et condamne les attaques du Medef contre Benoît Hamon.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, Matignon -  le 14 mars 2016
Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, Matignon - le 14 mars 2016 © AFP / Patrick Kovarik

Laurent Berger, secrétaire général du désormais premier syndicat de France, la CFDT, réagissait ce jeudi matin aux programmes des candidats en matière d'emploi et de conditions de travail.

Le secrétaire général de la CFDT a regretté la "forme de déprime collective" qui touche les salariés français. Lui s'inquiète, face à la campagne présidentielle, d'une mise en danger de la relation entre la France et l'Union européenne. Persuadé qu'elle doit se maintenir, mais aussi être réformée, Laurent Berger juge les propositions d'Emmanuel Macron et de Benoît Hamon comme étant les plus adaptées en la matière.

S'appuyant sur une enquête menée auprès de 200.000 répondants, Laurent Berger a assuré qu'il faut "un meilleur partage du pouvoir" en entreprise, entre les salariés et les patrons. Une répartition différente qui fait écho à la philosophie de la loi Travail, loi pour laquelle Laurent Berger se montre globalement satisfait. Le secrétaire général de la CFDT a ainsi mis en avant la garantie jeune et les évolutions du compte de pénibilité comme mesurent mises en place avec succès.

"Pas de consigne de vote"

Pour autant, Laurent Berger a tenu à rappeler que la CFDT, si elle se montre plus favorable à certains des candidats, n'a pas choisi le sien. Le secrétaire général du syndicat, qui explique qu'il ne donnera "pas de consigne de vote" pour le premier tour, appelle toutefois les militants CFDT, "dans le désarroi", à ne pas s'abstenir. En revanche, la CFDT appellera à voter contre le FN au second tour, quelque soit le candidat en face, si Marine Le Pen se qualifie.

► REVOIR | L'interview intégrale

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.