Thomas Piketty, directeur d'études à l'EHESS, et Lucas Chancel, co-directeur du laboratoire sur les inégalités mondiales à l'Ecole d'Economie de Paris, sont les invités de Léa Salamé à 8h20.

Léa Salamé reçoit Thomas Piketty et Lucas Chancel, tous deux économistes et spécialistes de l'étude des inégalités économiques, pour la présentation en exclusivité mondiale du Rapport 2018 sur les Inégalités Mondiales, qu'ils ont coordonné. Ce rapport, issu d'un consortium de recherche d'une centaine de chercheurs, analyse la répartition de la croissance mondiale des revenus depuis 2018 et relie les inégalités à des choix politiques.

"Dans presque toutes les régions du monde, observe Thomas Piketti, on a une monté des inégalités. " Certes la croissance existe mais "tout le monde n'a pas la même croissance. Les 1% des revenus les plus élevés est beaucoup plus forte que pour les 90% des plus bas revenus."

L'économiste détaille cette tendance notamment aux Etats-Unis où l'écart est encore plus criant qu'en Europe, " Il y a un effondrement des 50% des revenus les plus bas".

Le mythe du ruisselement

Mais ces inégalités ne sont pas aussi extrêmes partout, "il faut observer ce qui marche et ce qui ne marche pas", propose l'économiste. "LA grande nouveauté de ce rapport, c'est d'introduire les pays émergeants". 

Pour Lucas Chancel, on doit mesurer l’évolution des revenus les plus bas pour observer les inégalités. " La part des 1% des plus riches a doublé aux Etats-unis", l'accès inégalitaire à l'éducation et à la santé peut être une réponse aux différence avec l’Europe qui voit les 1% des plus riches passer de 10 à 12%  sur la même période. 

La Chine a investi dans les structures publiques, dans l'éducation dans la santé, "la Chine a réussi à avoir plus de croissance économique et moins de croissance d'inégalités que l'Inde", explique Thomas Piketti.

Pour trouver un équilibre, dit-il, il faut observer ce qu'il se passe partout dans le monde. 

"On est encore dans le mythe du ruissellement" explique Lucas Chancel, "les plus aisés n'ont pas tirés les plus pauvres vers le haut. " La question de la fiscalité est essentielle explique Thomas Piketti.

Trump et Macron mènent la même réforme fiscale

L'économiste compare les réformes fiscales de Trump et Macron. " les correspondances sont incontestables ". Cette politique fiscale est selon lui est "une fuite en avant vers le dumping fiscal". "C'est L'Europe qui a mené le bal, Trump n'a fait que suivre.  C'est l’Europe qui a tiré les Etats-nuis vers le dumping fiscal". 

Légende du visuel principal:
Thomas Piketty © Maxppp / Julien de Rosa
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.