Le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement est l'invité de Patrick Cohen.

Stéphane Le Foll dans la salle des 4 colonnes en janvier 2017
Stéphane Le Foll dans la salle des 4 colonnes en janvier 2017 © Maxppp / Aurelien Morissard

Le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll est revenu ce mardi sur les chances de la gauche à l'élection présidentielle. Tandis que la droite est fragilisée par les affaires Fillon, à gauche, on peine à rassembler. Une difficulté qui rend Stéphane Le Foll pessimiste sur les chances des candidats de la gauche pour succéder à François Hollande.

Pour lui, l'hypothèse d'une union entre Benoît Hamon, candidat désigné par la primaire à gauche, et Jean-Luc Mélenchon, candidat de la "France insoumise", est peu probable. Stéphane Le Foll affirme même que "Jean-Luc Mélenchon ira jusqu'au bout".

Et quant à Emmanuel Macron et Benoît Hamon, ancienne "synthèse du PS", Stéphane Le Foll déplore les divergences entre les deux candidats qui partagent l'électorat socialiste.

Bureau politique de Benoît Hamon ?

Stéphane Le Foll, qui a affirmé publiquement son soutien à Benoît Hamon récemment, a indiqué que des discussions avaient débuté pour qu'il prenne part au bureau politique du candidat. Mais le programme économique du candidat issu de la primaire élargie du PS est-il compatible avec les positions du ministre de l'Agriculture ? Un peu, mais pas totalement. Sur le revenu universel sur lequel Benoît Hamon base son modèle du travail, Stéphane Le Foll se retrouve davantage dans les propos de Thomas Piketty, notre invité dimanche dernier dans Questions Politiques avec Nicolas Demorand.

► ALLER PLUS LOIN | Thomas Piketty : "Le Revenu universel, je suis pour à certaines conditions…"

Sans pacte de compétitivité, il y aurait eu "encore plus" d'entreprises détruites

Stéphane Le Foll a défendu le bilan en matière d'emploi de François Hollande. Le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture estime que, dans son propre secteur, sans CICE ni pacte de compétitivité, la situation aurait été bien pire en 2013/2014 en matière de destruction d'entreprises.

Invité également à réagir sur l'abandon du récépissé pour lutter contre le contrôle au faciès, Stéphane Le Foll a répondu par interview interposée au Défenseur des droits Jacques Toubon, présent lundi sur France Inter, que les caméras de surveillance ont une efficacité supérieure à "un bout de papier".

► ALLER PLUS LOIN | Jacques Toubon sur l'affaire Théo : "Nous sommes en face d'un fait de société"

► REVOIR | L'intégralité de l'interview de Stéphane Le Foll au micro de Patrick Cohen

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.