Pascal Perrineau, politologue, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à partir de 8h40.

Six mois après l'élection présidentielle, Pascal Perrineau nous explique la disruption politique qui a porté Emmanuel Macron au pouvoir. Assistons-nous à la mise en place d'un nouveau cycle politique? 

Il a dirigé l'ouvrage collectif  Le vote disruptif, les élections présidentielles et législatives de 2017  aux éditions Sciences po.

Pascal Perrineau explique qu'autour d' Emmanuel Macron, les jeunes pousses avaient lu les livres américains sur la disruption. C’est une stratégie d’entreprise pour perturber un marché, et pour créer de nouveaux marchés. C’est le cas de Uber avec les transports ; et le processus Macron a été un processus de disruption politique selon Pascal Perrineau. 

Gauche et droite, des concepts inopérants désormais

Le vieux cycle politique datant de De Gaulle connait des essoufflements ; depuis des années on interroge la catégorie gauche droite. La plupart des Français interrogés en janvier 2017 estimaient que ces catégories n'étaient plus opérantes.  Les grands partis sont en mauvais état, surtout le partie socialiste. 

Pascal Perrineau : "La catégorie gauche droite n’est plus opératoire." 

La gauche a sauté… du fait de la disruption.  Puis, sous l'effet d'une mèche lente c’est la droite qui est en danger. 

Emmanuelle Macron a une pratique du pouvoir verticale.  De nouvelles formes politiques arrivent, ce sont les partis entreprises. 

On assiste à un renouvellement du personnel politique inédit. Il n’y a presque plus de professionnels de la politique dans le groupe LREM. 

Une ouverture pour Laurent Wauquiez ? 

Pour Pascal Perrineau, il y a une ouverture possible pour la stratégie de Laurent Wauquiez. 

Les Français cherchent une issue en mêlant des principes de droite et des principes de gauche. Désormais on a un électorat libéral de gauche, c'est inédit, explique Pascal Perrineau. 

On aurait du croire à la force des signaux faibles, selon Pascal Perrineau qui concède in fine que les politiques n'ont pas vu venir la fin de la bi polarité en politique. 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.