Nicolas Bay, secrétaire général du Front National, est l'invité de Patrick Cohen.

Nicolas Bay en février 2017
Nicolas Bay en février 2017 © AFP / Francois PAULETTO

Sur le résultat des législatives aux Pays-Bas, Nicolas Bay se réjouit de la position (pourtant lointaine derrière le gagnant Mark Rutter) du représentant d'extrême-droite Geert Wilders : "C'est un vrai succès. C'est pas encore la victoire finale, mais on voit que ça participe d'une tendance générale".

Sur la présence de "caméléons" qui se cachent dans les rangs du front National

En cause, le comportement de Benoit Loeillet, conseiller régional de Nice, mis en cause par un reportage diffusé sur C8 intulé "La face cachée du Front National", et qui a entraîné sa radiation du parti d'extrême-droite :

Nicolas Bay défend en revanche une autre figure du FN niçois, l'ex-Bloc identitaire Philippe Vardon : "On n'a rien à reprocher à Philippe Vardon", un "Républicain" estime le secrétaire général du FN.

Le Front National estime-t-il pour autant qu'il a nettoyé ses rangs?

Sur la volonté de sortir de l'Europe dans le programme du FN

"Le constat est simple, l'Euro dessert nos interêts, l'Union Européenne a organisé l'impuissance des nations d'Europe" (...) "La zone euro est la zone économique du monde qui a la plus faible croissance".

Sur l'immigration

"Macron veut organiser l'immigration massive, il se prosterne devant Angela Merkel (...) qui a voulu faire rentrer des esclaves, une main d'oeuvre à bas coût, qui a eu une incidence sur le chômage par ricochet en France".

Vous croyez que c'est humain de dire à ces gens là 'venez', alors qu'ils pourraient mourir en Méditerranée?

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.