Le candidat du NPA à la présidentielle est l'invité de Marc Fauvelle

Philippe Poutou, candidat à l'élection présidentielle 2017
Philippe Poutou, candidat à l'élection présidentielle 2017 © AFP / Christophe Simon

A moins d'une semaine du premier tour de la présidentielle, Philippe Poutou était ce matin l’invité de Marc Fauvelle et des auditeurs de France Inter.

Interrogé sur le "vote utile" qui pourrait jouer contre lui, le candidat du NPA a expliqué que le "vote utile", qui pourrait conduire certains de ses électeurs à mettre un bulletin Mélenchon dans l'urne, était un piège. "Mélenchon n’est pas un adversaire, mais on a des raisons d’exister" a expliqué Philippe Poutou "avec Mélenchon on risque de connaitre à nouveau des désillusions d’une gauche qui promet des tas de choses mais au pouvoir fait une politique à l’envers" .

La candidate avec laquelle il se sent proche c'est Nathalie Artaud, bien que Philippe Poutou regrette de ne pas avoir réussi à faire changer les choses "c’est un problème qu’on n’arrive pas à discuter depuis 40 ans". Car pour les deux partis, les deux candidats, l'important "pour que les choses changent" ce sont les "batailles sociales, il y a une idée de confrontation avec les capitalistes de réquisitions et expropriations"

Il y a une bataille du camp des opprimés contre les exploiteurs, les capitalistes, cette économie là il faut la renverser

Philippe Poutou, que le sondage Ipsos pour Radio France place à 1,4% - lors de la dernière présidentielle il avait réuni 1,15% de suffrages - a expliqué que certes il "n’a pas d’objectif chiffré", mais qu'un "bon résultat permet de montrer que ça vaut le coup de contester ce système et de se battre"

Interrogé sur ses désormais fameux propos lors du débat à 11 : "Nous, quand on est convoqués par la police, on n'a pas d'immunité ouvrière", faisant référence au fait que Marine Le Pen refuse de se rendre à plusieurs convocations, des propos qui lui ont valu des applaudissements sur le moment et beaucoup de presse, même étrangère, Philippe Poutou a expliqué que ce qu'il a dit lors du débat ça "exprime une vrai colère qui existe contre ces mensonges et de ces magouilles."

Le candidat du NPA a expliqué sa position sur l'armement des policiers "nous sommes convaincus que l’engrenage de violence, en armant les policiers encore plus, en les armant en dehors de leur service, en armant la police municipale, la légitime violence renforcée, or voit bien la logique. Cette violence amène la violence. La réponse est sociale."

Il y a une urgence sociale

Philippe Poutou constate l'existence d'une "société de plus en plus violente et répressive, il faut qu’on construise quelques chose entre les militants" politique et syndicaux dit Philippe Poutou qui a expliqué que le NPA combat "l’identité nationale. Nous, nous voulons parler de l’identité sociale."

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.