Philippe Sollers, écrivain, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à partir de 8h40.

Les écrivains vivent de grandes passions amoureuses. Les lettres de Philippe Sollers à Dominique Rolin (ed. Gallimard), entre le jeune homme d'alors 22 ans et cette femme de 45 ans ( "qui en parait dix de moins", dit Sollers) transportent quiconque ose aimer. Cette correspondance permet de mettre à nu un amour vrai, sans faille et idéal. Qu'est-ce-que l'amour? Comment aimer? Peut-on aimer dans la clandestinité? 

"Publier, c'est aussi montrer la vie de l'un et de l'autre", considère Philippe Sollers. "L'histoire passe à travers la discipline constante de l'écriture (...) C'est en ayant un amour que l'on est vivant, que l'on voit l'histoire de toute autre façon".

Ce qui est important dans l'amour, c'est la durée : il faut réinventer les mots d'amour

Philippe Sollers réaffirme son amour de la correspondance amoureuse : 

Celui qui publia "Femmes", au début des années 80 (et dont il estime qu'aujourd'hui, ce texte ne pourrait plus être publié en l'état), se désole qu'un animal qu'il affectionne soit associé au phénomène #balancetonporc, mouvement de libération de la parole sur le harcèlement sexuel : 

Pourquoi ce mot? Le porc est une créature éminemment érotique

Mais Philippe Sollers, ardent défenseur de l'esprit libertin qui régnait au siècle des Lumières, aime aussi se faire provocateur, pour défendre son idéal féminin, qui n'est pas la femme française du XXIe siècle : 

Nous sommes en pleine époque de re-puritanisme américain

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.