L'ancien Premier ministre est notre invité à quelques jours du premier tour de la primaire à gauche, dont il est l'un des 7 candidats.

Manuel Valls
Manuel Valls © Radio France / Anne Audigier

Trump : une déclaration de guerre ?

Manuel Valls : c'est l'option la plus extrême, encouragé par ce que j'appelle une déclaration de guerre de Donald Trump. Il y a un siècle, les Etats-Unis intervenait en Europe, elle était notre allié. c'est considérable que le président actuel déclare dans la presse européenne appelle à la dislocation de l'Europe. Commençons à croire Donald Trump. Il faut le prendre au sérieux. Avec ses déclarations ,et les défis qui nous attendent, l'Europe doit être forte et unie ; ce sera la responsabilité de la France et de l’Allemagne. Nous sommes au carrefour de l'Histoire. Il faudra élire un président capable de porter ce projet européen.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'incident de la gifle, pourquoi porter plainte ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il n'y a pas de violence possible en démocratie. Elle est inacceptable. la société a besoin de règle et d'interdit. Rien ne m'arrêtera. Je suis celui qu'on vise bien sûr car je suis celui qui peut gagner. Je ne me laisserai pas impressionner.

"J'ai un projet"

Le choix de dimanche prochain sera essentiel. La gauche peut-elle gouverner ? De quelle gauche avons nous besoin ? Celle qui a un projet ou celle qui a le cynisme des fausses espérances. Je défends une société du travail, avec un revenu décent pour ceux qui en ont besoin, notamment les jeunes. Pas un revenu universel qui ruinerait les finances publiques.

L'intégralité

Les invités
L'équipe
Thèmes associés