Le président de l'Assemblée nationale et député de Seine Saint Denis est l'invité de Marc Fauvelle.

Claude BARTOLONE au perchoir dans l'hémicycle de l"assemblée nationale lors de la déclaration de politique générale du Premier ministre
Claude BARTOLONE au perchoir dans l'hémicycle de l"assemblée nationale lors de la déclaration de politique générale du Premier ministre © Maxppp / Nicolas Kovarik/IP3

Claude Bartolone fait un premier appel aux électeurs de gauche : la nécessité d'aller voter à la primaire de gauche organisée en janvier prochain, avant de faire savoir que Manuel Valls sera son candidat.

Décision prise malgré les différences de prises de positions entre les deux hommes :

La raison de son choix : un candidat capable, selon lui, de porter la voix de la France au-delà des frontières :

Un premier geste, pour le président de l'Assemblée nationale, capable d'illustrer le chemin à prendre si la gauche veut pouvoir affronter 2017 : celui du débat, du compromis.

Une "blessure amicale" avec François Hollande

Claude Bartolone a-t-il-revu François Hollande depuis ses confidences faites aux journalistes du Monde, et à propos desquelles le président de l'Assemblée nationale estimait que le Président était allé trop loin ? "Oui", explique-t-il, mais dans un cadre purement professionnel : "Quand vous avez une blessure amicale et personnelle, c'est très difficile", confie Claude Bartolone, tout en expliquant qu'il veut faire la part des choses.

Sur les thèmes qui vont émailler la campagne de la primaire à gauche

Sur le rôle de la France dans le conflit syrien

Selon le président de l'Assemblée nationale, il y a nécessité de réviser les quotas d'accueil de migrants :

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.