Patrizia Paterlini-Bréchot, biologiste, a mis au point un test sanguin capable de diagnostiquer précocement le cancer. Vingt ans de recherche racontés dans "Tuer le cancer"(Stock).

Patrizia Paterlini-Bréchot
Patrizia Paterlini-Bréchot © F. Mantovani / Editions Stock

Patrizia Paterlini-Bréchot, oncologue, explique les modalités d'utilisation de ce test révolutionnaire, arrivé sur le marché il y a un an et demi :

On peut demander à faire ce test, mais il doit être signé par le patient et par le médecin, avec un formulaire rempli ici.

"Notre but est d'expliquer aux gens où on en est avec la recherche contre le cancer"

"A partir de 55/60 ans, nous avons tous un risque de cancer" rappelle l'oncologue, qui compare, dans son livre, que la vitalité du cancer est comparable à celle d'un ivrogne : "Au début le cancer est comme ça : les cellules meurent d'elles-même, elles sont fragiles, ne persistent pas. Si on laisse passer le temps, on va avoir une mutation, avec une multitude de cellules toutes différentes, comme une multitude d'ivrognes, et là on peut avoir une cellule très forte, celle qu"on arrive pas à éliminer avec les traitements".

Patrizia Paterlini-Bréchot rappelle toutefois que les autres tests préventifs habituels sont toujours nécessaires :

Le cancer existe depuis des siècles. Des facteurs de la vie courante ont augmenté ses taux

La biologiste explique que c'est la rencontre avec un patient "parti en quelques jours", et l'impression d'une "faillite dans (sa) mission de médecin" qui l'a décidé à consacrer toute son énergie à la lutte contre le cancer :

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.