Pascal Ory, historien, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à partir de 8h40.

Pascal Ory nous parle de la notion de populisme dans son livre "Peuple souverain" aux éditions Gallimard. Le recours au peuple est-il synonyme de liberté? Comment illustrer la notion de populisme dans le monde politique actuel? 

Pour Pascal Ory, "la démocratie est tout sauf naturellement libérale" et affirme, volontiers provocateur :

Le populisme, c'est le renouvellement réussi de la pensée de droite dans un style de gauche

Dans la même logique, Pascal Ory affirme ensuite que le populisme n'est rien d'autre qu'un point de convergence entre les deux extrêmes, allant jusqu'à forcer le trait : 

Il poursuit : "le fascisme est une version radicale du populisme qui va jusqu'au bout". Ainsi Pascal Ory estime que "Si Trump gagne, c'est parce qu'il est un populiste soutenu par les républicains "

On fait du bon populisme avec la convergence des extrêmes de droite et de gauche

"Mussolini était entouré d'anciens militants d'extrême-gauche" affirme l'historien, rappelant "Il popolo d'Italia" ("Le peuple d'Italie"), le nom du journal lancé par Mussolini quand il fait dissidence en 1914.

Macron, populisme version 'soft'?

"Macron est tres Gaullien", affirme Pascal Ory, : "On critique les institutions installées , mais en étant au centre des institutions".

Pascal Ory rappelle aussi les apports de l'histoire dans la notion de radicalité : "Les tyrans grecs étaient des leaders de démocratie autoritaires, ancêtre du populisme (...) souvent issus de classes populaires"

Le populisme, c'est une solution quand aucune autre solution n'a fonctionné

Légende du visuel principal:
Pascal Ory, historien, invité de Nicolas Demorand du 20 octobre 2017 © Radio France
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.