Le président du conseil départemental des Alpes maritimes et porte parole de Nicolas Sarkozy pendant la primaire est l'invité de Patrick Cohen.

Eric Ciotti
Eric Ciotti © Maxppp / Christophe Morin

"La défaite de Nicolas Sarkozy est forte, il faut en prendre acte : c'est ce qu'il a fait hier soir", reconnaît Eric Ciotti, qui a été porte-parole de l'ancien président avant le premier tour de la Primaire. Le député des Alpes-Maritimes explique que la "mobilisation assez importante de l'électorat de gauche" a "également sans doute joué" dans le résultat défavorable à Nicolas Sarkozy.

Pour autant, selon Eric Ciotti, "Nicolas Sarkozy a réuni sa famille politique, il a fait en sorte que chacun puisse s'exprimer" dans la campagne pour la primaire. "On attendait un pugilat, il n'a pas eu lieu", se félicite-t-il.

"J'ai une fidélité très ancienne à Nicolas Sarkozy" (Eric Ciotti)

Longtemps soutien de François Fillon, pourquoi Eric Ciotti a-t-il rallié Nicolas Sarkozy dans cette campagne ? "J'ai une fidélité très ancienne à Nicolas Sarkozy, comme militant, parfois comme collaborateur, depuis 1988. Lorsqu'il a souhaité revenir, il était naturel pour moi d'être à ses côtés".

Mais Eric Ciotti reconnaît que "maintenant le chemin est ouvert" pour François Fillon, qui "avait subi une terrifiante injustice en 2012", au moment de l'élection du président de l'UMP. "La différence entre les deux candidats", aujourd'hui, "se fait sur la force des mesures : Fillon veut aller plus loin, plus fort dans la rupture".

Est-ce la fin de la vie politique de Nicolas Sarkozy ? "Je ne sais pas, mais c'est en tout cas une étape qui se tourne", explique Eric Ciotti.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.