Nicolas Hulot, militant écologiste, président de la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme

Nicolas Hulot en ouverture du festival Ocean Climax en septembre 2016
Nicolas Hulot en ouverture du festival Ocean Climax en septembre 2016 © Maxppp / Thibaud MORITZ

Nicolas Hulot est revenu sur sa décision de ne pas se présenter à la Présidentielle 2017.

Les climato-sceptiques sont de retour en force

"Non je ne m'attendais pas à un retour des climatosceptiques" a dit Nicolas Hulot. "Qu'un ancien/futur président méprise ainsi la classe scientifique ça fait peur". Il a souligné que Nicolas Sarkozy a fait un calcul électoraliste. "On se plaint aujourd'hui d'avoir une vague de réfugiés, mais il y aura une 2e vague de réfugiés avec les réfugiés climatiques. Ca va nous sauter à la figure".

Pourquoi avoir renoncé à la Présidentielle ?

"Je ne voulais pas nourrir une promesse que je ne me sentais pas capable de tenir. Lla dynamique d'une campagne me dépassait. C'est une décision douloureuse à prendre. C'est 1 décision de sagesse, de respect. Je connais la situation: ça m'étonne qu'il y ait autant de candidats. "

Nicolas Hulot a estimé qu'il était trop seul, malgré le soutien de son équipe personnelle, trop seul pour monter au créneau. Il aurait aimé que d'autres leaders d'opinion lui emboîtent le pas. Il aurait aimé aussi que les mots "humilité, diversité, solidarité", soient d'ores et déjà partagés avec d'autres.

Au sujet de la bataille contre les traités de libre-échange, "Nous lançons une pétition contre le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement). Tous ces traités sont climaticides" a conclu Nicolas Hulot.

L'intégralité de l'entretien

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.