Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, est l'invité de Patrick Cohen au lendemain du remaniement et de l'annonce du gouvernement Philippe II.

Un remaniement massif au lendemain du second tour des législatives, et des soupçons d'emplois fictifs qui ont poussé plusieurs ministres issus du Modem, à peine élus, à passer la main : "Ce n'est pas une crise, estime Christophe Castaner, c'est une fragilité à un moment donné. Aujourd'hui il y a un gouvernement en responsabilité, rajeuni, féminisé".

Il y a une situation, qui les a amené à se dire qu'il y a un empêchement de bien faire leur travail. Aujourd'hui les choses sont claires. Maintenant, au boulot

"Est ce que c'est juste ? Non, mais en même temps, c'est la responsabilité de chacun de faire les enquêtes quand elles sont nécessaires", poursuit le porte-parole du gouvernement. Aujourd'hui, on vit dans une société d'hypercommunication, on sait bien que, dans nos fonctions politiques, on peut être en fragilité même de façon injuste.

On a une difficulté aujourd'hui, qui est le juge de la morale et de l'éthique

Dépasser les clivages droite-gauche

Alors que quatre des ministres régaliens sont issus des rangs du Parti Socialiste (Belloubet, Collomb, Le Drian, Parly), Christophe Castaner estime que "ça n'est pas grave d'être issu du Parti Socialiste, je sais d'où je viens".

Je me fiche de savoir quel est le parcours des gens, mais seulement si j'arrive à travailler avec eux au sein du gouvernement

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.