Régis Debray, écrivain et philosophe, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à partir de 8h40.

Régis Debray analyse la victoire d'Emmanuel Macron dans son livre "Le nouveau pouvoir" aux éditions du Cerf.

"La gaîté vient avec l'âge. Les jeunes prennent les choses au tragique, mais moi je suis sensibles aux rimes de l'histoire ce qui revient périodiquement. Moi je vois aujourd'hui la politique comme une comédie (...) Au fond tout ça est divertissant" dit le philosophe pour revenir sur son optimisme :

Les décadences sont des moments des moments féconds, créatifs

Ce qui m'embarrasse, c'est la victoire absolue d' 'homo économicus', l'homme économique sur l'homme politique, lequel avait déjà remporté la victoire sur l'homme religieux

"L'économie a absorbé la politique"

"Nous sommes gallo-ricains, comme autrefois les gallo-romains (...)"L'envie d'être milliardaire est devenue légitime, comme l'envie d'être un héros il y a 100 ans ou d'être un saint il y a 1000 ans".

"La victoire du chiffre est inquiétante, car c'est à très court terme (...) aujourd'hui nous avons perdu la conscience de porter une histoire collective . Ce qui pourrait me rendre triste, c'est la perte de l'horizon, la fin du récit de l'émancipation(...) Quand perd l'horizon, on revient à l'origine( ...) Nous sommes le nez sur l'événement donc nous n'avons plus de mythe porteur", poursuit le philosophe, qui explique que des pays laïques redeviennent religieux, citant en exemple l'Israël ou l'Inde.

La jeunesse est-elle un espoir?

"Le Sénat est vieux. Souvent, on dit que le vieux est sage : non, tout simplement il est con, ça s'appelle un vieux con (...)Le jeune tend à être plein de lui-même et surtout et à oublier d'où il vient, ce qui me frappe le plus c'est cette perte de sens de l'histoire, de la transmission".

"Les vrais américains ont Dieu (...) nous nous avons d'autres ciments : une certaine conception de notre histoire, une autre mythologie"

La mythologie ça fait tenir debout, avancer parfois

Sur la France 'start-up' de Macron

Régis Debray y voit un "monde de vision courte, mais très étalée dans l'espace", "un moment de civilisation, l'intérgation de la France dans une civilisation euro-américaine".

"Le vivre-ensemble, comme on dit, c'est pour une communauté imaginaire (...) C'est la fin de l'utopie européenne : celle qu'un marché commun peut faire un imaginaire commun".

Sur Emmanuel Macron président

"Une chose est la posture, autre chose est la capacité réelle de fédérer un peuple. On a une crise des figures de l'autorité (...) il y a le juge, une autorité protestante qui n'est pas chez nous très valide, il y a le leader , mais le leader suppose un peuple et derrière Macron il n'y a pas de peuple, c'est pas de sa faute, c'est comme ça", estime Régis Debray. "Reste le père, mais c'est pas un père, donc il y a un certain flottement et je comprend qu'il cherche des éléments symboliques pour rassembler, fédérer et catalyser. Je doute qu'il les trouve car son milieu est dominé par la finance et l'économie, et c'est une idéologie individualiste (...) et qui a oublié l'Histoire, tout simplement".

Ce n'est pas un président qui lit, je dirais qu'il butine, mais c'est déjà très bien

Selon Régis Debray, Emmanuel Macron est un "homme qui veut rechercher une profondeur de temps, mais son milieu ne peut que l'en empêcher".

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.