Il est le gagnant du premier tour de la primaire à gauche : avec plus de 35% des voix l'ancien ministre de l'Education est arrivé en tête devant Manuel Valls et Arnaud Montebourg.

Benoît Hamon
Benoît Hamon © AFP / Joël Saget

Benoit Hamon s'est prononcé sur les doutes qui entourent ce matin les vrais chiffres de la participation de ce premier tour de la primaire socialiste : entre 1,5 et 2 millions attendus, 1,3 millions annoncés par la Haute Autorité chargé de cette élection :

Sur la 'renonciation' de François Hollande qui ne s'est pas présenté à cette primaire socialiste, Benoit Hamon estime qu'il a été bien inspiré :

Benôit Hamon s'adresse ainsi directement à son coeur de cible : les jeunes générations qui ne se retrouvent plus dans les arguments du parti socialiste actuel et revient sur la nécessité d'apporter de nouvelles idées, un nouveau souffle :

"Ils n'ont pas trop envie -et je les comprends- que les règles du jeu soient seulement déterminées par les générations qui ont connu le travail à une époque où il était facile d'en avoir, où l'on ne craignait pas que le changement climatique pèse sur la planète", explique Benoît Hamon.

"Aujourd'hui, il y a un mouvement social, une dynamique, un mouvement citoyen", renchérit Benoit Hamon :

Il y a la légitimité des appareils, et ceux qui sont désignés par les électeurs

"Aucune chance pour la gauche de l'emporter si elle ne propulse pas un imaginaire puissant face à une droite totale, et une extrême -droite dangereuse", prédit encore le député, qui estime pourtant que ce n'est que le début :

Le moteur de ma candidature ce sont mes filles, pour faire en sorte que je ne leur laisse pas un monde invivable

"Je crois que c'est un acquis de cette campagne des primaires : on a parlé un peu plus à la pause, dans les repas le dimanche, dans les cours de fac, de revenu universel, de solidarité, et un peu moins de burkini".

En cas de défaite, se ralliera-t-il à Manuel Valls? Discutera-t-il avec Jean-Luc Mélenchon?

L'occasion de réaffirmer sa position sur l'Europe :

Sur l'éducation

"Il faut permettre aux enseignants de respirer davantage. Je souhaite qu'il n'y a pas plus de 25 élèves dans les cycles de CP, CE1, CE2, et 20 élèves par classe dans les REP, zones d'éducation prioritaires. Il y a un lien direct entre nombre d'élèves par classes et une scolarité plus compliqué pour des élèves qui rencontrent plus de difficultés que d'autres".

Sur le travail

Pour Benoit Hamon, pas question de déplafonner les 35h, bien au contraire :

Sur le communautarisme

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.