Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l'Écologie, président de la fondation "Energies pour l'Afrique", est l'invité de Nicolas Demorand pour évoquer la mission sur les quartiers populaires que lui a confié Emmanuel Macron.

Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l'Ecologie, répond aux questions de Nicolas Demorand sur l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes et sur son investissement dans le "plan banlieue" d'Emmanuel Macron.

Voir que 20 ans après, sur le site de Toyota, les visages sont toujours là, c'est une satisfaction, estime celui qui fut aussi ministre de la ville il y a près de vingt ans, "ça veut dire que la France peut aimer ses usines". Il faudrait "une équipe de France d'implantation", explique Borloo qui rêve de l'implantation de Tesla dans le Valenciennois, mais qui est persuadé que "si vous n’avez pas préparé des années avant les sites, vous ne pouvez pas saisir les implantations".

-Quand est-ce que ça ira mieux?

- Si je le savais, mon pauvre!

L'apprentissage, la clé     

"La première question, c'est l'apprentissage (...) la force de son pays est celle de ses ressources humaines", estime Borloo : "100 000 décrocheurs, pas d'adaptations au métier en tension ? C'est pas raisonnable."

Le fond de la question, c'est la qualification

Mission sur les quartiers populaires

Jean-Louis Borloo travaille actuellement à une mission sur les quartiers populaires dont le texte sera rendu en mars. "Moi je fais pas un plan, je donne un coup de main, à la demande des élus locaux et des associations" explique celui qui vante les ressources de "ces 5 millions de compatriotes, les résidents de ces quartiers populaires, avec la partie la plus jeune notre pays, bouillonnante, bien ou parfois moins bien (...)ce sont des quartierrs d'accès à la République  le correctif doit etre permanent : quand la nation ne le fait il y a un risque que cela quitte la république

"Dans ces quartiers, quand 28% des femmes ont le permis de conduire, et que ce n'est pas la moyenne nationale, c'est un petit sujet" ironise Jean-Louis Borloo : 

"Je souhaite des 'digital académy' dans chacun de ces quartiers (...) un plan va être lancé, extrêmement moderne en s'appuyant sur les nouvelles technologies", poursuit l'ex-ministre en affirmant que "98 000 [des jeunes de quartier populaire] ont bac +3 et n'ont pas de boulot au bout de 3 ans : ils n'ont pas de réseau". 

Un traité de développement Europe-Afrique

"Qu'est-ce qui fait qu'on a un tel abandon de la question Nord-Sud" , s'interroge Jean-Louis Borloo, sans pour autant vouloir commenter la politique gouvernementale en matière d'immigration : 

Légende du visuel principal:
Jean-Louis Borloo © Radio France / Anne Audigier
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.