L'ancien Premier ministre débattra ce soir face à Benoît Hamon, arrivé en tête du premier tour de la primaire à gauche

Manuel Valls après le premier tour de la Primaire de la gauche en 2017
Manuel Valls après le premier tour de la Primaire de la gauche en 2017 © Maxppp / Quentin Veuillet /Wostok Press

Manuel Valls :Je veux un débat clair. Il y a entre nous deux choix différents ; je suis pour une société qui donne du travail, source de fierté, dignité. Je veux qu'on rémunère le travail, avec la baisse des impôts, et la défiscalisation sur les heures supplémentaires. Je ne crois pas à la fin du travail. Je ne capitule pas devant le chômage. Je ne crois pas au revenu universel. Ce sont des conceptions différentes sur le travail, la sécurité sociale et la crédibilité.

Valls et Hamon irréconciliables ?

Quid du rassemblement et de la réconciliation de la gauche si Valls gagne dimanche ?

Manuel Valls ne peut répondre clairement au début, puis finit par dire : " Bien sûr je devrais rassembler et même bien au-delà. Je respecterai les règles. Le respect de la règle c'est le soutien à celui qui gagne. Si il y en a un qui ne les a pas respectées, c'est Benoit Hamon, vis-à-vis du gouvernement.

Manuel Valls : Je veux aller plus loin en matière de santé, d'éducation, je ne veux pas semer des illusions, car après il y a procès en trahison, remords et montée des populismes. Parfois il y a des positions irréconciliables à gauche, comme s'afficher avec Tarik Ramadan. Il y a toujours eu des débats à gauche et parfois bien plus difficiles. Je demande aux électeurs de choisir le candidat qui porte une ligne claire.

Accuser Hamon d'être "le candidat des Frères Musulmans" ?

Manuel Valls : Malek Boutih a raison de pointer ce qui se passe dans les quartiers, il faut l'aborder franchement et avec détermination.

L' affaire Pénélope Fillon

L'entreprise Whirlpool d'Amiens ? Il faut lutter contre le dumping social et fiscal. Je propose un salaire minimum pour l'Europe. Il faut plus de pouvoir d'achat. Je propose la fin des cotisations sociales sur les heures supplémentaires. Au cœur de mon projet : créer de l'emploi et donner de nouvelles protections.

► LIRE AUSSI Révélations du Canard Enchaîné : Mme Fillon était rémunérée comme attachée parlementaire de son mari

Le dossier Vivarte et la politique sociale

Manuel Valls : Il y a 14 millions de personnes en difficulté en France. C'est pour cela que je propose de relever le RSA. Je crois dans cette gauche qui peut gouverner et mener des politiques sociales. C'est trop facile d'abdiquer et de donner des slogans pour critiquer.

ECOUTEZ AUSSI Manuel Valls répond aux questions des auditeurs

► LIRE AUSSI le dossier sur la primaire à gauche

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.