Pour analyser les propositions économiques des deux finalistes de l'élection présidentielle, nous recevons les conseillers économiques de Marine Le Pen et d'Emmanuel Macron.

Economie française
Economie française © Getty / Simon Fell

Marc Ferracci, conseiller économique d'Emmanuel Macron en s'adressant à Barnard Monot :"il faut éviter les pudeurs de gazelle. La sortie de l'euro et de l'Europe est ce qui nous attend si Marine Le Pen est élue. Les dépenses publiques prévues par son programme c'est entre 120 et 180 milliards d'euros. Une fois sortie de l'euro, nous aurons en conséquence une dévaluation. Ce n'est pas un lapin qui va sortir de votre chapeau mais des millions de chômeurs."

Marc Ferracci, défendant le programme d'Emmanuel Macron : "On veut renforcer le dialogue social dans les entreprises. C'est quelque chose de lucide et adapté au monde. On veut investir dans la formation professionnelle des chômeurs et des salariés."

Bernard Monot, conseiller politique de Marine Le Pen : "nous voulons lancer un sommet européen pour renégocier les conditions d'appartenance à l'Union Européenne. Et nous proposerons un référendum. Il faut sortir de la camisole de force imposée depuis Maastricht. "

La fiscalité des ménages

Bernard Monot :Les propositions de Macron ne tiendront pas. Nous proposons une économie de 11 milliards d'économie sur les impots sur le revenus, pour les tranches les plus basses. C'est ce que nous réinjectons dans l'économie. et nous rehaussons les bas salaires avec une prime du pouvoir d'achat. Nous favorisons la politique familiale et l'héritage.

Marc Ferracci : "Nous arriverons à 130 euros de gains mensuel pour les travailleurs au Smig. Le candidat du pouvoir d'achat c'est Emmanuel Macron. Des organismes indépendants le pointent depuis un certain temps.Une partie des retraités ne sera pas concernée par l'augmentation de la CSG. Nous assumons que macron soit le candidat du travail et que le travail soit plus valorisé. Les retraités plus à l'aise auront à contribuer un peu plus."

L'épargne des Français, après l'élection de...

► Marine Le Pen,

Bernard Monot : "nous sauvons l'épargne . Car l'union bancaire est en train de préparer l'euthanasie des épargnants"

Emmanuel Macron,

Marc Ferracci : "L' union bancaire n'a rien changé à la garantie des dépôts. Cela protège les épargnants."Tout va bien se passer. "

L'entretien avec Patrick Cohen

Interactiv'

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.