Hervé Morin, Président des régions de France et ancien ministre de la Défense, est l'invité de Pierre Weill à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à partir de 8h40.

Emmanuel Macron est-il centriste ? Sur les questions économiques, sur les questions de l'Europe, Hervé Morin répond par l'affirmative. Le président des régions, ancien ministre de la Défense, a toutefois regretté au micro de Pierre Weill une position du Président : celle que baser toute sa politique sur les compétences au sommet de l'État, sans s'appuyer autant qu'il le faudrait sur les régions.

Sur la politique menée par l'Élysée, Hervé Morin estime que les baisses d'impôts ne surviendront pas si vite. 2018, estime-t-il, ne sera pas une année où le pouvoir d'achat augmentera significativement. Mais, rappelle Hervé Morin, c'est surtout parce que ça n'est pas la priorité.

En revanche, le président de la région Normandie exhorte à réformer la formation. Sur le terrain, il constate des besoins des entreprises en main d'œuvre qualifiée et regrette le manque d'efficience de l'école pour orienter les élèves.

Une école contre laquelle l'ancien ministre est sévère.

Interrogé sur le projet de loi sur l'immigration, Hervé Morin s'est dit favorable à expulser les demandeurs d'asile déboutés de leur droit d'asile, tout en regrettant l'idée de fonctionnaires qui viendraient vider les centres où des femmes et des hommes trouvent refuge et viennent se nourrir. En réaction à l'appel du Pape François d'ouvrir sa porte aux migrants, le centriste nuance : il estime que la France ne peut pas accueillir de migrants économiques dans la situation économique qui est la sienne.

Légende du visuel principal:
Hervé Morin © AFP / CHARLY TRIBALLEAU
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.