Au lendemain du débat Hamon-Valls, retour sur les programmes économiques des candidats avec la sociologue du travail D. Méda et le président du Cercle des économistes JH. Lorenzi.

Comparer les programmes économiques
Comparer les programmes économiques © Getty / kivoart

Dominique Méda, chercheuse et sociologue du travail, était contre le procédé de revenu universel prôné par le candidat Hamon. Elle est, depuis, revenue sur sa position :

"Depuis 2011, on dit c'est la fin du travail, tout va changer. Il faut prendre ça en considération" estime aussi Dominique Méda :"les emplois vont être extrêmement transformés, donc il faut des aides".

"Si on engage nos sociétés dans la reconversion écologique, alors on doit créer dès maintenant des emplois durables" poursuit la sociologue.

Pour autant, Jean-Hervé Lorenzi estime que le dernier débat de la primaire de gauche a égréné de nombreuses approximations :

Il y a un problème : le travail n'est pas que souffrance, c'est aussi un bien en soi (Jean-Hervé Lorenzi)

Jean-Hervé Lorenzi analyse la situation ainsi : le marché du travail se bi-polarise entre des emplois très qualifiés déjà là, et ceux qu'on créé, qui sont très peu qualifiés, comme livreurs ou font des paquets. "C'est ça le sujet majeur des années qui viennent", estime Jean-Hervé Lorenzi : "N'oubliez pas que pour survivre, aux États-unis, quand des gens sont en bas de l'échelle, il leur faut deux jobs".

En Allemagne, un quart des salariés sont pauvres, et c'est dû à la fragmentation de l'emploi (Dominique Méda)

Je pense qu'un modèle où on réduit la durée de travail de tout le monde, autour de 32h, c'est mieux qu'un modèle où les uns ont un grand temps complet, et les autres, en général des femmes, ont un tout petit temps partiel, dégoûtant, pas payé (Dominique Méda)

►►►VOIR EN INTÉGRALITÉ : Dominique Méda et Jean-Hervé Lorenzi répondent aux questions de Patrick Cohen

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.