Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, est l'invité de Marc Fauvelle à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à 8h40.

Martin Hirsch l'assume, le secteur hospitalier français vaut largement celui d'autres pays occidentaux. Martin Hirsch qui signe aux éditions Stock  L’hôpital à cœur ouvert, un ouvrage où explique le fonctionnement de l'AP-HP et les défis auxquels le milieu hospitalier doit répondre, a précisé ce matin pourquoi les futurs hôpitaux parisiens comporteront moins de lits.

La raison provient d'une étude sur le nombre de malades qui demeuraient pendant la nuit à l'hôpital sans nécessiter de soins intensifs, c'est à dire de réveil tous les trois ou quatre heures pour la médication ou le contrôle. Ces lits, qui coûtent au moins "600 euros" par nuit, pourraient être redéployés vers de l'hôtellerie hospitalière, un dispositif qu'il imagine mais qui est aujourd'hui confronté à la logique de la Sécurité sociale. En somme, plutôt que de payer une nuit dans une chambre médicalisée, ces 20 à 25% de malades qui doivent séjourner plusieurs jours à l'hôpital pourraient bénéficier de soins en ambulatoire, durant la journée, et séjourner la nuit dans un hôtel où le coût serait, pour la couverture maladie, divisé par 3, 4 ou 5. 

Car l'hôpital doit réduire ses coûts. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a notamment déploré qu'une part des actes médicaux effectués était inutile. Martin Hirsch le traduit comme un défaut d'information qui, jusqu'alors, obligeait à refaire certaines analyses biologiques et examens d'imagerie à l'entrée à l'hôpital, des actes qui tendent à disparaître à mesure que le dossier médical se dématérialise et suit le patient de structure en structure.

Invité à réagir sur la question du harcèlement sexuel, Martin Hirsch a déploré "l'ambiance" bien connue dans le médical, où la nuance entre une blague lourdingue et du harcèlement est fréquemment ténue. 

Le directeur général de l'AP-HP s'est montré extrêmement sévère à ce sujet et invite les victimes à parler, afin de ne pas laisser ces actes sans conséquences.

Légende du visuel principal:
Martin Hirsch, Président de l'APHP à l'Elysée après une réunion avec le président de la République, Emmanuel Macron - 17 octobre 2017 © AFP / Ludovic Marin
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.