Florian Philippot, vice-président du Front national, est l'invité de Patrick Cohen.

Florian Philippot au Parlement européen en mars 2017
Florian Philippot au Parlement européen en mars 2017 © AFP / FREDERICK FLORIN

Après la visite de Marine Le Pen à Amiens, Florian Philippot explique que la présidente du Front National demande "que l'état s'engage à trouver un repreneur, et qu'en attendant, l'état puisse mette ce site sous protection, y compris avec par une prise de participation" .

Ce site avait bénéficié avait de 42 millions d'euros de CICE en deux ans, une des plus grosses sommes [de ce dispositif, ndlr]. La moindre des choses, et il faudra l'instaurer par la loi, c'est que lorsqu'on délocalise et qu'on ferme un site après avoir bénéficié d'autant d'argent public, qu'on rende l'argent avant de partir

Une taxe dissuasive contre les délocalisations

"Les TPE, PME, PMI sont demain les clés de l'emploi et de l'innovation", poursuit Florian Philippot.

"Selon mes informations, la France est le premier marché européen de Whirlpool" maintient le vice-président du Front national, alors que Patrick Cohen maintient que l'Allemagne est à cette place.

Sa solution : pour toute usine qui a délocalisé, une taxe serait mise en place sur ses produits réimportés en France après délocalisation : "Il faut une taxe dissuasive de 35% pour tout produit réimporté".

Sur la fermeture des frontières

Plus qu'une fermeture, Florian Philippot évoque une "maîtrise des frontières", de "concurrence loyale" :

Sur la sortie de l'Europe

"Depuis l'arrivée de l'euro, notre part de marché dans le monde n'a fait que baisser", affirme le vice-président du FN, qui explique aussi qu'un référendum sur la constitution, et donc sur un éventuel "frexit" serait mis en place dès l'arrivée au pouvoir de Marine Le Pen : "On veut modifier la constitution, donc on le fait tout de suite par référendum, pour revivifier la démocratie"(...)"Il y aurait un référendum, et si les Français voulaient rester dans cette prison, que voulez-vous qu'elle fasse?".

Nous estimons que le traité de Lisbonne est illégitime, une tâche sur la démocratie

Sur la présidence par intérim du Front National

<div>

Alors que Marine Le Pen a annoncé sa mise en congés du FN pour cause de campagne, Florian Philippot revient sur son remplaçant par intérim au poste de président : "C'est Jean-François Jalkh, eurodéputé, il a traversé l'histoire du FN". Patrick Cohen précise que ce dernier a déclaré en 2005, "le problème des chambres à gaz, on doit pouvoir en discuter", en citant le négationniste Robert Faurisson.

"Il a démenti tout cela, je le connais bien, c'est un honnête homme, rien jamais ne lui a été reproché" explique Florian Philippot. "S'il y avait des propos problématiques, sa présidence serait remise en cause, sauf que même les propos qu'on voit [ sur les retranscriptions d'une doctorante], on y comprends rien!'

L'intervention en Syrie

Le vice-président du FN explique ne pas se contenter des conclusions de l'enquête des services secrets français qui attestent de la responsabilité de Bachar al Assad dans l'attaque à l'arme chimique récemment perpétrée sur des villages syriens : "La communauté internationale peut douter tant qu'il n'y a pas d'enquête internationale".

"C'est une enquête française, on a des précédents depuis 2003 (...) C'est tout a fait possible que ce soit le régime, et au bout d'un moment, qu'est ce que ça change, est ce qu'on doit quand même faire des frappes?" questionne Florian Philippot. Sur la nécessité de maintenir Bachar El Assad à la tête du régime syrien, il répond : vous savez, souvent, la diplomatie c'est le choix du pire et du moins pire, malheureusement".

</div>

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.